Nourrir les oiseaux du jardin en hiver : ce qu’il faut faire et ne surtout pas faire

Publié le
Écrit par Catherine Lopes
Ces chardonnerets élégants raffolent des graines qu'on leur propose.
Ces chardonnerets élégants raffolent des graines qu'on leur propose. © Christian Bouchardy

Avec l’hiver qui approche, les basses températures viennent menacer les oiseaux de nos jardins. Grâce à de petits coups de pouce, on peut leur venir en aide pour passer la saison. Mais attention, certains aliments sont à éviter.

L’hiver n’est pas encore là mais les faibles températures menacent déjà les oiseaux de nos jardins. Cette saison est particulièrement hostile pour eux. Magali Germain, chargée de communication à la LPO Auvergne-Rhône-Alpes, explique : « L’hiver est une période difficile à passer parce qu’à partir du moment où il y a un couvert neigeux ou du gel pendant plusieurs jours, les oiseaux vont avoir du mal à accéder à la ressource alimentaire. Avec le froid, il y a de moins en moins d’insectes. Certains oiseaux sont dits migrateurs et vont aller passer l’hiver au chaud, par exemple en Afrique, mais d’autres ne migrent pas et restent ici. Pour compenser ce manque de ressources alimentaires vis-à-vis des insectes, ils vont adopter un régime plutôt granivore. Ils mangent des graines, des fruits. Quand il y a de la neige ou du gel, il s’agit d’une ressources difficilement accessible ».

Installer des mangeoires

Grâce à l’assistance humaine, les oiseaux parviennent à surmonter cette saison difficile. Magali Germain souligne : « Pour les aider en hiver, on peut installer des petites mangeoires où on va proposer des graines, en privilégiant le local et le bio, et on diversifie. Plus on va diversifier, plus on va contenter un plus grand nombre d’espèces, car les oiseaux n’ont pas tous le même bec, les mêmes besoins. On peut leur proposer des graines ». 

Voici les différents types de graines que l’on peut proposer : 

    • tournesol
    • millet
    • avoine
    • mélanges de graines
    • cacahuètes non salées
    • maïs concassé

      On peut aussi proposer des fruits secs comme les noix, les amandes, les noisettes, mais aussi des fruits décomposés, comme les pommes, les poires flétries, le raisin, qui va attirer les merles, les grives, les pies et les étourneaux. Il y a aussi les pains de graisses végétales, soit simples ou mélangés avec des graines, des insectes.

      Attention avec les boules de graisse


      Mais si l’on opte pour des boules de graisse, la prudence est de mise. La spécialiste indique : « Pour les boules de  graisse, il faut faire attention à sa provenance et à sa composition. Il faut éviter la graisse de palme et la graisse qui contient des résidus de l’industrie agroalimentaire. Il faut privilégier la graisse végétale. La graisse animale ne convient pas parce que ce n’est pas leur régime alimentaire. On évite les filets car les oiseaux peuvent se coincer les pattes dedans. On privilégie les spirales ». On peut réaliser soi-même les pains de graisse, avec de la graisse d’origine végétale, comme de la margarine. La LPO propose des recettes à suivre.

      Cette vidéo explique comment réaliser des boules de graisse pour les oiseaux.



      Des aliments à bannir

      En matière d’alimentation, certains écueils sont à éviter. « Il faut bannir tout ce qui est salé. Car le sel n’est pas bon pour les oiseaux et ils ont du mal à l’éliminer. On évite aussi tout ce qui est à base de lait, de lactose, car les oiseaux ne peuvent pas le digérer. Cela peut provoquer des troubles digestifs, qui peuvent être mortels pour eux. On évite tout ce qui est pain, biscottes, gâteaux. On évite aussi les pâtées pour chiens et chats car il y a du sel dedans et ce n’est pas adapté aux oiseaux. Ils ont vraiment besoin, à cette époque de l’année, de lipides, de graisses qui vont les aider à faire face au froid » précise Magali Germain.

      Privilégier les petites mangeoires


      Il faut leur proposer la nourriture dans des petites mangeoires. Il est recommandé de privilégier des petites mangeoires, quitte à en avoir plusieurs, pour éviter une grosse mangeoire qui va impliquer une grosse concentration d’oiseaux. Les petites mangeoires permettent aussi de régulièrement renouveler la nourriture et impliquent par conséquent une meilleure hygiène. Il faut veiller à ce que le plateau soit abrité, afin que les graines restent sèches. Si elles prennent la neige ou la pluie, des champignons et des moisissures peuvent se développer, ce qui peut être dangereux. 

      Magali Germain ajoute : « Quand on installe une mangeoire, il faut choisir un endroit dégagé, pour limiter tout risque de prédation. Une mangeoire sur pied est à privilégier. On évite de mettre la mangeoire trop près des vitres ou des murs afin d’éviter les chocs. La mangeoire peut être construite à partir de bois imputrescible mais non traité  ou alors avec de l’huile de lin naturel. Pour le bois, on recommande du mélèze, du chêne, du pin ». Enfin, il est important de donner de l’eau aux oiseaux. Cela va leur permettre de s’abreuver mais aussi de se laver et de maintenir leur plumage propre. Un plumage propre assure une bonne protection contre le froid, pour conserver une bonne étanchéité et maintenir une couche d’air entre le corps et le plumage. Si le plumage est sale ou gras, il ne va plus être étanche. Il faut changer l’eau le plus souvent possible.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.