• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Perturbations sur le réseau Transisère entre Crémieu et Lyon, après l'agression d'un chauffeur

© France 3 Alpes - ARCHIVES
© France 3 Alpes - ARCHIVES

Au lendemain de l'agression d'un chauffeur sur la ligne Transisère Lyon-Crémieu (n°1980), ses collègues ont exercé leur droit de retrait. Ils réclament plus de contrôles. Résultat, le départ de Lyon, prévu à 20 heures, ce jeudi 5 juin, est compromis. 

Par Mickael Guiho

Mercredi soir, un chauffeur employé par les VFD, -la société en charge de la ligne Transisère entre Lyon et Crémieu-, a été agressé. Selon nos confrères du Dauphiné Libéré, l'homme souffrirait d'une fracture du nez, victime d'un coup de tête donné par un passager qui n'avait pas payé son billet.

Après avoir assuré le contraire dans la matinée, les chauffeurs des VFD ont fait savoir, ce jeudi après-midi, qu'ils exerceraient leur droit de retrait à partir de 20 heures. La direction a alors fait savoir qu'elle piloterait une réunion exceptionnelle du CHSCT, à 19 heures, afin d'analyser cet exercice du droit de retrait et ses justifications et de "discuter d'éventuelles mesures".

Le Conseil général porte plainte

Si les chauffeurs exercent leur droit de retrait, c'est pour réclamer "plus de contrôles" aux VFD et au Conseil général de l'Isère.

Didier Rambaud, conseiller général en charge des déplacements, semble avoir entendu cette requête. "Ce n'est pas la première fois qu'une agression se produit dans cette partie du département", constate l'élu avant de faire une annonce: "on va demander à la société de contrôle, avec laquelle nous avons conclu un marché, de renforcer ses contrôles". Le Conseil général a par ailleurs porté plainte contre l'agresseur du chauffeur.

Transisère

Transisère, émanation du Conseil général, définit et finance les lignes de transports en commun du réseau départemental sur lequel circulent continuellement 1.000 cars. Ni les véhicules, ni les chauffeurs, ne sont cependant sous la responsabilité du Département. Chaque ligne est en effet confiée, après appel d'offre, à une entreprise de transport (en l'occurrence, les VFD pour Lyon-Crémieu). Un contrat a par ailleurs été conclu avec une société de contrôle, qui mène localement, sur tout le réseau, des actions de prévention et de vérification des titres de transport.

A lire aussi

Sur le même sujet

Ce 23 septembre, Federica a percé le dernier mur

Les + Lus