Cet article date de plus de 6 ans

La préfecture de l'Isère évacue des Roms, la Ville de Grenoble les reloge dans des tentes "Marabout"

Le bras de fer entre la préfecture de l'Isère et la Ville de Grenoble n'est pas terminé autour de la question des demandeurs d'asile. Ce mercredi 30 juillet, le préfet a fait vider une maison occupée par une dizaine de familles. La Ville a fait le choix de les mettre à l’abri dans des tentes. 
© Google Street View
En matinée, une maison occupée illégalement au 8-10 rue Eugène Boussant, à Grenoble, a été évacuée "en application d’une décision judiciaire prononçant l’expulsion", justifie la préfecture qui a eu recours à la force publique. A l'issue de cette évacuation: une dizaine de familles ont été prises en charge par le CCAS de Grenoble, trois personnes en situation irrégulière ont fait l'objet de mesures d'éloignement et deux autres personnes, recherchées, ont été interpellées par la police nationale.

Le propriétaire, la SEM Innovia, a repris possession de son bâtiment qui doit être démoli. Cette maison était dans un état d’insalubrité avancé.

Dans un communiqué, la Ville explique que "face aux carences de l’Etat", elle "a fait le choix de mettre à l’abri les familles concernées (58 personnes au total), dont des enfants, afin qu’elles ne se retrouvent pas à la rue." Ces réfugiés ont été installés dans des tentes "Marabout" sur le site de l'ancienne usine Allibert. 

Le 25 juillet, dans une autre affaire d'évacuation, la Ville avait ouvertement pris position contre le préfet, appuyant des demandeurs d'asile devant le tribunal administratif. 


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société faits divers