• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Près de 6000 opposants alpins à Paris contre le mariage pour tous

Les membres du collectif "Manif pour tous 38" préparaient ses pancartes samedi.
Les membres du collectif "Manif pour tous 38" préparaient ses pancartes samedi.

Ce dimanche 13 janvier, pour la manifestation parisienne contre le projet de loi du mariage pour tous. 3000 opposants savoyards, autant de Haut-Savoyards et d'Isérois ont pris le car ou le train pour se rendre à la capitale. 

Par Céline Aubert

On se mobilise très peu finalement en France pour les sujets de société, si l'on exclue les mouvements de défense des emplois et les grèves. Il y avait pourtant des milliers de personnes dans les rues à Paris contre le mariage pour tous.

Le sujet passionne, jusqu'à attiser les peurs et les haines. Certains y voient aussi une occasion de revenir sur le devant de la scène. On a vu ainsi ressurgir des personnalités comme Frigide Bardot, "jet-setteuse" oubliée, désormais figure de proue de l'opposition au mariage, et surtout à l'adoption des couples homosexuels.

En Isère, six cars sont partis de Grenoble, de Vienne et de Bourgoin, pour se joindre au grand cortège. D'autres sont allés à la rencontre du rapporteur du projet de loi, le député PS isérois Erwann Binet.

L'homme est étonnant. Père d'une famille de quatre enfants, il est lui-même catholique progressiste et raconte que l'une des raisons pour laquelle il a accepté de porter le projet, est son refus du conformisme religieux. Ce dimanche matin, 
un groupe d'une centaine d'opposants au mariage pour tous a manifesté du siège du Parti Socialiste de Vienne, place Victor Hugo, jusqu'à la permanence de Erwann Binet, rue de la Table Ronde. Le conseiller général a reçu une petite délégation dans son bureau. 

Lundi 14 janvier, le maire UMP Jacques Remiller et le collectif viennois d'opposition au mariage pour tous organisent un grand débat public avec des représentants de cultes, des psychologues, et des spécialistes du droit. 

A Paris pour dire non


La manifestation a débuté vers 13 heures avec plusieurs marches, trois organisées par le "Collectif Manif pour tous", une quatrième conduite par les intégristes de Civitas.

Une manifestation qui s'est terminée sur une bataille des chiffres, 340 000 selon la police et plus de 800 000 selon les organisateurs. 

Le projet de loi sera examiné en première lecture à l'Assemblée le 29 janvier. 





A lire aussi

Sur le même sujet

Sortie de prison Tuna Altinel

Les + Lus