Procès de la rixe d'Echirolles: Ilyès Tafer, “l'accusé impulsif”

Ilyès Tafer dans le box des accusés, lors du procès de la rixe d'Echirolles. / © Christophe Busti
Ilyès Tafer dans le box des accusés, lors du procès de la rixe d'Echirolles. / © Christophe Busti

Les personnalités des accusés dans le procès dit de la rixe d'Echirolles sont examinées en ce moment par la cour d'assises des mineurs de Grenoble. Ce mardi 10 novembre, la Justice s'est intéressée au profil d'Ilyès Tafer, qui venait de sortir de prison au moment des faits.

Par France 3 Alpes

Au septième jour du procès du meurtre de Kevin et Sofiane, la cour examine toujours la personnalité des 12 accusés. Ilyès Tafer est l'un d'entre eux. Il n'avait que 18 ans au moment des faits, et déjà un casier judiciaire bien rempli. Ce 28 septembre 2012, Ilyès sort tout juste de prison lorsqu'il se mêle à la rixe mortelle du parc Maurice Thorez, à Echirolles. Le jeune homme avait été condamné à 18 mois de prison dont un an avec sursis pour avoir agressé au couteau un vigile de supermarché.

Interview 
Interview de Me Florent Girault, avocat d'Ilyès Tafer
Interview : J.-C. Solari et Y.-M. Glo. - France 3 Alpes

D'après plusieurs autres accusés, Ilyès Tafer était l'un de ceux qui a porté des coups de couteau sur Sofiane Tadbirt, sur lequel il se serait acharné. "Franchement, je n'ai pas cherché à comprendre, je lui ai rentré dedans... à celui qui est décédé... un Noir... coups de poing et coup de pied", a-t-il raconté aux enquêteurs lors d'une audition.

"Après, je lui ai remis un coup de poing dans la tête où je me suis ouvert le doigt de la main gauche. Je me suis fait mal, je me suis arrêté. Après il a essayé de partir en courant, à partir de ce moment-là, c'est parti en cacahuète", a-t-il également expliqué.

 >>> Lire aussi : Sur quels faits les jurés vont-ils trancher?

Né à La Tronche, près de Grenoble, Ilyès Tafer aurait des tendances à l'impulsivité et à la violence. Aujourd'hui âgé de 21 ans, le jeune homme a été élevé par sa mère, qui présente des troubles psychiatriques graves. Lui-même aurait, selon les psychiatres qui l'ont examiné en détention, un fonctionnement psychique de type psychopathique. Les experts précisent toutefois qu'il ne présentait pas, au moment des faits, de trouble psychique qui aurait pu altérer son discernement.

Lors de sa détention, le jeune homme a été impliqué dans plusieurs incidents, pour des actes de violence, des manquements au règlement ou la possession d'objets interdits.

A lire aussi

Sur le même sujet

Christophe Baud, cordonnier à Aix-lès-Bains

Les + Lus