• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Affaire Fiona : pas de nouveau procès avant janvier 2020

Le dossier de l'affaire Fiona reste en attente jusqu'au début de l'année 2020. / © Valérie Riffard - France 3 Auvergne
Le dossier de l'affaire Fiona reste en attente jusqu'au début de l'année 2020. / © Valérie Riffard - France 3 Auvergne

Le procès en appel devant la Cour d'Assises du Rhône de Cécile Bourgeon,  la mère de la petite Fiona, et de Berkane Makhlouf son compagnon de la petite Fiona  ne devrait pas se tenir avant fin janvier – début février 2020 indique lundi 13 mai 2019 l’avocat Renaud Portejoie.

Par Cyrille Genet

Le 4ème procès de l’affaire Fiona "n’aura pas lieu en juin 2019 comme cela avait été évoqué" indique Renaud Portejoie, l’un des avocats de Cécile Bourgeon, "mais d’après les contacts que nous avons eu avec le président de la Cour d’Assises du Rhône,  fin janvier-début février de l'année prochaine très probablement".

Six ans après la mort de la fillette à Clermont-Ferrand, il faudra encore attendre pour que se tienne la quatrième audience chargée de juger Cécile Bourgeon et son compagnon de l’époque Berkane Makhlouf. Le 12 mai 2013, Cécile Bourgeon, la mère de la petite Fiona se précipitait au commissariat de Clermont-Ferrand, faisant croire que la fillette avait disparu lors d’une promenade dans le parc Monjuzet. Plus tard, ils ont avoué que la petite fille était morte quelques jours auparavant dans son lit, le corps n’a jamais été retrouvé malgré plusieurs déplacements autour du lac d’Aydat dans le Puy-de-Dôme où ils l’auraient enterrée.

En première instance Cécile Bourgeon avait été acquittée sur le fond, mais condamnée à 5 ans de prison pour non-assistance à personne en danger, modification d’une scène de crime et dénonciation mensongère de crime et Berkane Makhlouf à 20 ans de réclusion pour non-assistance à personne en danger.

Le premier procès en appel à Riom en septembre 2016 n’était pas allé jusqu’à son terme, l’avocat de Berkane Makhlouf ayant été accusé de subornation de témoin par l’avocate d’une partie civile, les avocats de la défense avaient quitté l’audience et le procès avait été renvoyé.

C’est au Puy-en Velay (Haute-Loire) que l’affaire a été jugée pour la 3ème fois. Le 11 février 2018 les 2 protagonistes ont été condamnés à 20 ans de prison pour violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Un quatrième procès

Mais le pourvoi en cassation formé par Renaud et Gilles-Jean Portejoie a débouché le 20 février 2019 sur un nouveau renvoi, devant la Cour d’Assises du Rhône, entraînant la libération de Cécile Bourgeon. Elle comparaitra donc libre début 2020 puisqu'elle a purgé sa peine de 5 ans. Cela pèsera-t-il ? "Il n’y a pas d’automaticité" réaffirme Renaud Portejoie, "je me souviens qu’elle a été acquittée alors qu’elle comparaissait détenue, mais pour des jurés populaires, la présomption d’innocence n’est pas toujours interprétée de la même manière quand la personne comparait libre, cela pourrait jouer en sa faveur".
 

 

Sur le même sujet

Témoignage père militaire tué au Burkina : les risques du métier

Les + Lus