Cécile Bourgeon entendue comme témoin assisté pour des violences sur la soeur de Fiona

Cécile Bourgeon, mère de la petite Fiona disparue en 2013 à Clermont-Ferrand, a été entendue par une juge d’instruction mardi 1er février sous le statut de témoin assisté. Cette affaire concerne des violences qui auraient été commises sur la sœur de Fiona, alors âgée d’un an et demi.

Cécile Bourgeon, condamnée à 20 ans de réclusion criminelle pour la mort de sa fille Fiona en 2013, a été placée sous le statut de témoin assisté dans une autre affaire concernant des violences sur la soeur de Fiona, a indiqué jeudi 3 février son avocat. "Je salue la décision de la juge d'instruction qui ne l'a pas mise en examen car elle a considéré qu'il n'y avait pas d'éléments graves et concordants dans ce dossier", s'est félicité l'avocat de Cécile Bourgeon Me Renaud Portejoie, confirmant une information du quotidien régional La Montagne.

Une plainte déposée par le père 

Selon le quotidien, Cécile Bourgeon a été entendue mardi 1er février en visioconférence par une juge d'instruction depuis la prison de Lyon-Corbas où elle est incarcérée. Le père de Fiona, Nicolas Chafoulais, avait porté plainte contre Cécile Bourgeon et son compagnon Berkane Makhlouf, après que des hématomes avaient été constatés sur la petite soeur de Fiona, alors âgée d'un an et demi, lors de l'arrestation du couple en 2013. Une information avait été ouverte pour "violences volontaires par ascendant sur mineur de 15 ans".         

"Dans ce huis-clos, c'est soit l'un, soit l'autre, soit les deux"


"Dans ce huis clos, c'est soit l'un, soit l'autre, soit les deux. Je rappelle que la cour d'assises, dans un contexte de violences plus dramatiques, avait jugé que les deux avaient frappé Fiona", a réagi l'avocat de Nicolas Chafoulais Me Charles Fribourg. "Si ce n'est pas elle, il y a non-assistance à personne en danger puisqu'elle a accusé son compagnon", a-t-il ajouté. La soeur de Fiona, âgée d'une dizaine d'années, vit aujourd'hui avec son père.

Un pourvoi en cassation

A la suite de sa condamnation par la Cour d'assises du Rhône pour avoir porté des coups fatals à Fiona, Cécile Bourgeon a formé un pourvoi en cassation. La décision doit être connue le 16 février : "si le pourvoi est non admis, l'affaire est finie et nous nous projetterons vers une demande d'aménagement de peine", a indiqué Me Portejoie. Berkane Makhlouf avait lui été condamné à 18 ans de réclusion.

Une disparition signalée en 2013

Le couple toxicomane avait signalé la disparition de Fiona le 12 mai 2013, faisant croire à un enlèvement dans un parc de Clermont-Ferrand. Après quatre mois d'enquête, ils avaient avoué que la fillette était morte et enterrée près d'un lac. Le corps n'a jamais été retrouvé. Depuis, Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf se sont rejeté la responsabilité du décès. Jugés en première instance en 2016, la première avait été acquittée des coups mortels et condamnée à cinq ans de prison pour avoir menti, le second avait été condamné à 20 ans de réclusion. En appel, les deux accusés ont été condamnés à 20 ans en 2018. La Cour de cassation a annulé cet arrêt de la cour d'assises de Haute-Loire en 2019, renvoyant l'affaire devant celle du Rhône fin 2020.                                                                                       

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité