Puy-de-Dôme : comptez les hérissons avec le Parc Naturel Régional du Livradois-Forez

Le Parc Régional Naturel du Livradois-Forez dans le Puy-de-Dôme invite ses habitants à recenser les hérissons jusqu’au 30 octobre 2020 pour évaluer les populations et identifier les zones où ils sont victimes du trafic routier.

Après les oiseaux et les papillons, le Parc Régional Naturel du Livradois-Forez lance de la mi-juin jusqu’au 30 octobre 2020 le recensement des hérissons présents sur son territoire. A cheval sur les départements du Puy-de-Dôme, de la Haute-Loire et Loire, il s’étend sur plus de 160 communes et couvre 3 110 km². Tous les habitants peuvent y participer en comptant les hérissons qu’ils aperçoivent et en inscrivant le fruit de leurs observations sur le site internet du PNR.

Cet inventaire vise à estimer la population de hérissons d’Europe présente en Livradois-Forez et d’identifier les zones génératrices de mortalité routière. Les résultats permettront d’envisager la mise en œuvre d’actions pour leur préservation, les hérissons étant un marqueur de la biodiveristé et de la continuité des trames vertes.

Un animal au territoire étendu

Le hérisson peut être partout : dans le jardin, en ville, en campagne, sur la route et toutes les observations de hérissons (vivant ou non) intéressent les animateurs de l’opération. C’est un animal facile à débusquer car "il fait beaucoup de bruit en mangeant, il grogne, s’énerve, envoie de la terre à plusieurs mètres lorsqu’il gratte le sol, fouille parmi les feuilles, renifle bruyamment..." indique le Parc Naturel Régional.

"Il est un allié au jardin car il est le prédateur de nombreux indésirables qui se nourrissent aux dépends des cultures, mangeant principalement des limaces (un individu consomme environ 4 kg de limaces en une saison !) et des escargots mais il ne rechigne pas à dévorer des vers de terre, des chenilles, des hannetons, des charançons".

Comme le hérisson se déplace sur "un grand territoire (parcourant jusqu’à 4 kilomètres en une nuit), il peut être utile de lui aménager une ouverture d’au moins 15 centimètres à la base des murs et des clôtures".

Un observatoire participatif de la biodiversité

Depuis plusieurs années, le Parc Naturel Régional du Livradois-Forez anime un observatoire participatif, un outil collaboratif à la fois collectif car tout le monde peut y participer en communiquant ses observations et individuel permettant à chaque contributeur d’améliorer ses connaissances. Ceux qui rejoignent le groupe des ambassadeurs nature peuvent ainsi participer à des formations.

Pour l’observation des oiseaux à la mangeoire de janvier à février, il faut choisir une heure de la journée et compter par espèce tous les oiseaux qui passent dans un espace toujours identique. Ensuite on reporte sur le site internet les données chiffrées collectées. Les chouettes chevêches ont fait l’objet ces dernières années d’un volet spécifique et d’une attention particulière.

Depuis le début du mois de mai 2020, les papillons sont au cœur d’une étude en cours. Le Moro-Sphinx, qui ne vole que pendant la journée a un comportement proche de celui du colibri, ne se posant quasiment pas lorsqu’il se nourrit. La carte commence à s’enrichir des premières constatations.

Du 25 mars au 30 juin 2019, une campagne avait été consacrée aux amphibiens pour recenser les alytes accoucheurs, les crapauds communs et calamites, les sonneurs à ventre jaune.