A 20 ans, ces jeunes Auvergnats racontent Valéry Giscard d’Estaing

Après le décès de l’ancien président Valéry Giscard d’Estaing, l'émotion était vive dans sa région de coeur, l'Auvergne. Mais pour les plus jeunes qui n’ont connu ni sa présidence ni son mandat à la tête de la région, que représentait VGE ? Nous leur avons posé la question.
Valéry Giscard d'Estaing entouré d'enfants à Vulcania, parc européen du volcanisme, en février 2002.
Valéry Giscard d'Estaing entouré d'enfants à Vulcania, parc européen du volcanisme, en février 2002. © David BECUS /MAXPPP
Originaire du Puy-de-Dôme, l’ancien président Valéry Giscard d’Estaing s’est éteint le 2 décembre à l’âge de 94 ans. S’il a profondément marqué les esprits des générations qui ont connu son mandat de président de la République puis de président de la région Auvergne, pour les jeunes de 20 ans, c’est un peu moins évident : « Je connais son nom, je sais qu’il a été président mais je ne sais rien de plus. Je pense que beaucoup de jeunes ne s’intéressent pas trop au passé en politique », explique Aymeric, jeune Auvergnat de 23 ans. En effet, Valéry Giscard d’Estaing s’est retiré de la vie publique, sauf en de rares occasions, en 2004, à la suite de sa défaite aux élections régionales face à Pierre-Joël Bonté.

« Je le connais par rapport au fait que son fils est maire de Chamalières »

En revanche, chez les plus jeunes, le fait d’avoir le fils d’un président comme maire de Chamalières semble plus marquant : « Je le connais par rapport au fait que son fils est maire de Chamalières », affirme Marie-Alice, 20 ans, Clermontoise et étudiante en CAP petite-enfance. « Son fils m’a donné des cadeaux à la mairie de Chamalières quand j’ai eu la mention très-bien au bac. J’ai eu un livre sur la ville de Chamalières et Valéry Giscard d’Estaing en avait écrit la préface. Ma grand-mère m’avait parlé de lui à cette occasion », ajoute Mallaury, 22 ans, originaire de Giat. Plus tangible pour les jeunes du Puy-de-Dôme, Louis Giscard d’Estaing est presque à chaque fois, associé à son père : « Giscard, c’était le président avant Mitterrand. Son fils est né à Paris et ils ont été maires de Chamalières tous les deux », évoque Hamza, 27 ans, cariste et habitant de Montferrand.

Droit à l'IVG, majorité à 18 ans et regroupement familial

Certaines de ses réformes ont pourtant marqué les jeunes générations : « C’était un grand homme, très intelligent. Il a vécu la crise du pétrole et il a abaissé l’âge du droit de vote à 18 ans », cite Chloé, 24 ans, étudiante en école de commerce et originaire de Romagnat. « Il a fait des choses bien : sous son gouvernement, il y a eu la légalisation de l’IVG », explique Laura, 20 ans, clermontoise, qui se souvient d’un personnage « paradoxal ». Des réformes marquantes avec parfois quelques confusions : " Il a permis aux femmes d'avoir un compte bancaire sans l'autorisation de leur mari, non ? ", s'interroge Léa, 22 ans, originaire de Vichy (il s'agit en fait d'une réforme de 1965, sous De Gaulle). « Il a fait le regroupement familial. Les personnes issues de l’immigration pouvaient faire venir leur famille en France. De par mes études, je connais surtout son apport social », déclare Diego, 24 ans, Clermontois.

"J'ai surtout l'image du président immortel, en poste il y a 40 ans"

Pour Antoine, 24 ans, étudiant en licence d'histoire, VGE, c'est surtout une histoire d'âge : " Ce n'est pas un président dont j'ai beaucoup entendu parler, je suis trop jeune pour l'avoir vraiment connu. J'ai surtout l'image du président immortel, en poste il y a 40 ans, qui bafouillait à la radio. Quand il a perdu les municipales, ça n'a pas aidé pour son image. On m'en parlait à l'école quand j'étais petit, qu'il était président du conseil régional." Selon lui, c'est aussi " le président qui met fin aux années De Gaulle. Il a permis de signer un des textes les plus importants, l'IVG. Il a modernisé le pays, avec le divorce. Ca m'a fait un petit choc, on le voit depuis petit, c'est un grand sage."

 « Il a fait connaître Chamalières et il a surtout fait Vulcania »

Mais les jeunes Auvergnats connaissent également Valéry Giscard d’Estaing pour son rayonnement régional : « Il a été président de la région Auvergne et député du Puy-de-Dôme », rappelle Arthur, 21 ans, originaire de Bourbon-l’Archambault (Allier). « Il a fait connaître Chamalières et il a surtout fait Vulcania », ajoute Chloé. « Mon grand-père racontait qu’il s’était présenté une fois aux élections municipales à Clermont et que ça n’avait pas abouti. Il disait que ça l’avait vexé et qu’il disait du mal des Clermontois après ça. Apparemment, il disait qu’il avait fait beaucoup de choses pour nous et qu’on l’avait un peu trahi. Je crois aussi qu’il a créé Vulcania », se souvient Léana, 20 ans, originaire d’Egliseneuve-d’Entraigues. Si Valéry Giscard d’Estaing est un nom qui résonne pour les jeunes Auvergnats, Giscard ne semble pas être devenu, pour cette génération une icone pop’ comme d’autres anciens chefs de l’Etat. Jacques Chirac, par exemple, semble avoir plus marqué la jeunesse.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
décès politique hommage société