A Clermont-Ferrand, un cirque ouvre au public malgré l'interdiction de la mairie

Publié le

Un conflit oppose la mairie de Clermont-Ferrand au cirque Amar qui s'est installé sur son territoire pour un mois. La municipalité a interdit les spectacles. Le cirque s'estime dans son droit et reçoit le public.

« Nous ne nous ferons pas avoir plusieurs fois ! » Jérôme Godard, maire-adjoint en charge de la sécurité à Clermont-Ferrand, est bien déterminé face au cirque Amar qui s’est installé le 14 mai dernier sur l’espace Ernest Cristal. « Le cirque Amar ne faisait pas partie de la programmation des cirques prévus à Clermont-Ferrand. Ils nous ont demandé une autorisation de stationnement car l’une des membres était enceinte et sur le point d’accoucher. Comme il y avait une urgence médicale, nous avons accepté le stationnement le temps de l’accouchement. »

Mais une semaine plus tard, le cirque est toujours là et organise même des spectacles. Une demande d'exploitation a bien été faite à la mairie mais celle-ci a refusé. « Parce qu’un autre cirque devait s’installer et lorsqu’ils nous ont fourni les papiers, nous nous sommes aperçus qu’un arrêté du préfet du Rhône disait que leur chapiteau était non-conforme », explique encore l’élu. A son tour, il a pris un arrêté d’interdiction d’exploitation.

Commission de sécurité

Le cirque, de son côté, annonce des spectacles jusqu’au 12 juin prochain. « Nous ne souhaitons pas polémiquer », nous explique-t-on au cirque Amar. « Nous ne pouvons pas rester sans travailler. Il n’y a pas de raison que nous ne fassions pas nos spectacles. » Le cirque reconnaît bien « un souci de papier » à son arrivée qui s’est résolu très vite selon lui.

Ce que conteste forcément la mairie. Le cirque aurait dû passer, avant d’ouvrir, devant une commission de sécurité, ce qui n’a pas pu avoir lieu. « Je ne sais pas sur quoi porte la non-conformité du chapiteau », reprend Jérôme Godard. « Mais je déconseille fortement au public d’y aller car s’il y a un accident, ils sont complètement responsables ! »

Animaux

Une situation qui agace d’autant plus à la mairie de Clermont-Ferrand que cette dernière fait le choix depuis deux ans de programmer sur son territoire uniquement des cirques sans animaux. Or, le cirque Amar est un cirque qui propose encore des numéros avec des animaux.

« C’est juste de la provocation ! », s’insurge Laetitia Ben Sadok, conseillère municipale écologiste, déléguée à la condition animale. « Très clairement, ils ont utilisé un motif d’ordre médical mais pour eux, c’était sûr qu’ils allaient s’installer à cet endroit car je suis allée sur leur page Facebook et le 11 mai, ils ont fait une publication pour dire qu’ils venaient à Clermont-Ferrand exploiter leur cirque, alors que nous n’avions aucune connaissance de ça. A la base il y avait un autre cirque qui devait venir. Et c’est juste impossible car il aurait fallu que des mois auparavant ils nous envoient un dossier et qu’une commission de sécurité s’assure que tout est conforme. »

Post Facebook

Sur la page Facebook du cirque, un post du 11 mai annonce effectivement des spectacles à Clermont-Ferrand.

Jérôme Godard, le maire adjoint à la sécurité a sollicité les services de police et de la préfecture pour faire respecter l’arrêté d’interdiction d’exploitation. « Mais ce n’est pas correct du tout de la part du cirque Amar. Ce qui est sûr pour les prochaines fois, si le cirque nous fait des demandes, ce sera très compliqué car ils ne respectent pas la loi. »