Le Brexit menace-t-il les pâtes de fruits d'Auvergne ?

Le marché britannique représente un quart des exportations de l'entreprise Cruzilles à Clermont-Ferrand. / © Pascale Felix/ France 3 Auvergne
Le marché britannique représente un quart des exportations de l'entreprise Cruzilles à Clermont-Ferrand. / © Pascale Felix/ France 3 Auvergne

Le Royaume-Uni devrait quitter l’Union européenne le 29 mars prochain. Le spectre d’un Brexit « dur » plane sur les exportations entre la France et son voisin. Cela inquiète les entreprises françaises comme Cruzilles à Clermont-Ferrand qui fabrique des pâtes des fruits confits. 

Par Pascale Felix

Le Brexit va-t-il avoir des conséquences sur l’économie des entreprises auvergnates ? Les sociétés qui exportent leurs produits Outre-Manche sont inquiètes. La possibilité d’un Brexit « dur » n’est plus écartée, le Royaume-Uni devrait sortir de l’Union européenne le 29 mars prochain.

A Clermont-Ferrand, la société Cruzilles qui fabrique des pâtes de fruits, des écorces d’agrumes et des fruits confits depuis 1880, pourrait être impactée par le Brexit.
 

1/ 4 des exportations vers la Grande-Bretagne 



Le savoir-faire des maîtres-confiseurs de Clermont-Ferrand et les produits haut de gamme sont très appréciés par nos voisins britanniques. Certains pâtissiers ne jurent que par par l’angélique, une spécialité produite en Auvergne.

Le marché britannique  représente un quart des exportations de l'entreprise.

« On ne va pas abandonner le marché anglais mais il va sûrement devenir plus difficile. On vend en euros et les Anglais payent en livres mais si la livre dévalue on va avoir un défaut de compétitivité de notre part et une difficulté pour eux à acheter nos produits », explique Roland Gibert, le PDG des Etablissements Cruzilles. 
 

Des tarifs d'expédition qui pourraient doubler 



Les licences d'exportation de denrées alimentaires, tout comme le montant des taxes douanières  sont encore inconnues alors  la PME teste différents scénarios.

« Soit on va faire comme avec la Suisse, c’est-à-dire que l’on va demander un document européen qui va mentionner que nos produits ont l’origine préférentielle France, soit cela va être plus compliqué comme avec les Emirats. Dans ce cas, on devra fournir d’autres documents comme un certificat phytosanitaire qui doit être écrit en français et en latin avec le nom des fruits qui explique que les règles phytosanitaires du Royaume-Uni sont aussi respectées en France", détaille Nawal Chabout, la responsable de l'export. 

Les frais de gestion vont gonfler encore la facture, la douane va être rétablie pour les camions et les délais de livraison vont augmenter. En conséquence de tout cela,  Cruzilles estime que ses tarifs d'expédition vers l'Angleterre pourraient doubler.
 
Le Brexit menace-t-il les pâtes de fruits auvergnates ?
L'entreprise Cruzilles à Clermont-Ferrand s'inquiète des conséquences du Brexit. Intervenants : Roland Gibert ( PDG des Etablissements Cruzilles) et Nawal Chebout (responsable Grand export).  - Pascale Felix et Alfonso Martinez. Montage de Stéphanie Salmon.

 

Sur le même sujet

Les + Lus