CARTE. Immobilier : découvrez à quel prix se sont vendus les maisons et appartements près de chez vous

Après plusieurs années de hausse des prix, le marché de l’immobilier semble connaître un renversement de tendance. Mais qu’en est-il près de chez vous ? Découvrez à quel prix se sont vendus les maisons et les appartements dans votre secteur sur les 5 dernières années.

Depuis le début de l’année 2023, les prix de l’immobilier reculent en France. Mais qu’en est-il sur les 5 dernières années ? Grâce à la carte ci-dessous réalisée par data.gouv.fr vous pouvez suivre l’évolution des prix de l’immobilier et trouver le prix des ventes immobilières sur les 5 dernières années. Il suffit de renseigner une adresse en haut à droite.




Cette application est proposée par data.gouv.fr et permet de visualiser les données de demandes de valeurs foncières (DVF) publiée et produites par la direction générale des finances publiques. Ces données sont issues des actes notariés et des informations cadastrales et permettent de connaître les transactions immobilières intervenues au cours des cinq dernières années sur le territoire métropolitain et les DOM-TOM, à l’exception de l’Alsace, de la Moselle et de Mayotte.

Dans la vidéo ci-dessous, il est expliqué comment fonctionne cet outil.

Un marché qui ralentit en Auvergne


Avec cette application, vous pouvez suivre l’évolution du marché en Auvergne. 
Christian Dosmas, président de la FNAIM (Fédération Nationale de l’Immobilier) Auvergne, explique : « Le marché en Auvergne est à l’image du marché national, peut-être avec des amplitudes un peu moindres. Il y a un grand calme sur le marché de la transaction de l’ancien. De mauvais signaux s’accumulent et ne sont pas très favorables. En 2023, on va connaître une baisse significative, de l’ordre de 20% au niveau national et de 15% en Auvergne ». Il évoque les raisons de ce ralentissement : « On se demande s’il y a vraiment une vraie politique du logement. Il y a quelques années, cela a commencé avec l’augmentation du prix des matériaux, l’inflation, l’augmentation des taux d’intérêt. La suppression du dispositif Pinel a été un très mauvais indicateur. Des mesures fiscales n’ont pas été favorables. Les interdictions de louer font aussi fuir les investisseurs. On se retrouve dans un situation assez compliquée ».

Des taux d'intérêts qui ont bondi

Des taux d’intérêts à 4,5 % constituent selon lui un véritable point noir : « En 18 mois, ils ont été multipliés par 4. Quelqu’un qui pouvait emprunter à mensualités égales et à durée égale 200 000 euros, on ne lui prête plus que 140 000 euros. Les prétentions sont revues à la baisse et les vendeurs ne sont pas forcément disposés à vendre à ces prix. Les acquéreurs ne sont plus financés. Cela paralyse complètement le marché. Les primo-accédants en sont complètement exclus. Il y a quelques temps, on avait 1 refus sur 2 de demande de prêt. On ne peut plus emprunter si le taux d’endettement dépasse 35 % ». Christian Dosmas définit les biens les plus recherchés en Auvergne : « En Auvergne comme ailleurs, on recherche des maisons avec un bout de terrain. Les acheteurs s’éloignent un peu des métropoles. Plus on est près des services publics, plus les biens ont de la valeur et plus la demande est forte ».

Le tournant de l'été 2021

Le président de la FNAIM Auvergne indique une baisse du nombre de transactions dans notre territoire : « En termes de nombre de transactions, il y a eu depuis 15 ans une hausse constante. Ce cycle était très favorable et l’immobilier s’est bien porté. Le COVID a fait changer le type de biens que les personnes cherchaient : elles voulaient plus d’espaces, des extérieurs. Même en 2020, il n’y a pas eu de baisse du nombre de transactions. Le tournant a eu lieu en août 2021, avec un inversement de tendance : on a commencé à enregistrer une baisse du nombre de transactions. En 2021, il y a eu 2% de transactions en moins en Auvergne. Aujourd’hui, par rapport à 2021, on est à 9% de transactions en moins. La baisse est encore plus importante dans des départements plus ruraux comme l’Allier, avec -12%. La baisse s’est accélérée depuis le début de l’année 2023. Dans le Puy-de-Dôme, en 2021, il y avait 11 349 transactions. Aujourd’hui on est à 10 563 transactions ».

Des prix qui reculent en 2023

Les prix ont-ils aussi évolué ? Christian Dosmas répond : « Il y a toujours un décalage entre l’évolution du nombre de transactions et l’évolution des prix. Les prix réagissent avec une certaine inertie. A l’heure actuelle, dans la région, les prix baissent relativement peu. Dans le Puy-de-Dôme, les prix ont baissé de 2 à 3% par rapport à l’année dernière. Mais il est probable que les prix puissent chuter encore un peu. On a reconstitué notre stock de biens à vendre mais on a peu d’acquéreurs en face : les prix font la variable d’ajustement. Les taux montent plus vite que les prix ne vont baisser. Ce n’est peut-être pas le moment d’attendre pour acheter ». Concernant l’ancien, le président de la FNAIM Auvergne évoque l’évolution sur les 5 dernières années : « Globalement, sur 5 ans, toutes les personnes qui ont investi dans l’immobilier ne sont pas vraiment perdantes. Dans le Puy-de-Dôme, les prix ont augmenté de 21% par rapport au prix de vente. Le placement immobilier sur le long terme reste assez attractif ». 

Le marché de l'immobilier neuf qui s'effondre

Le marché du neuf a lui aussi évolué : « Sur ces cinq dernières années, les promoteurs étaient assez satisfaits car le marché était soutenu. Le dispositif Pinel était assez favorable et encourageait l’investissement locatif : il représentait 60 % du nombre de transactions. Mais depuis le marché se casse la figure et cela a été plus brutal que dans l’ancien ». Les professionnels de l’immobilier se montrent très prudents pour la suite et attendent de voir si les tendances actuelles vont se confirmer en 2024.