CHU de Clermont-Ferrand : coup de chaud aux urgences

Les urgences du CHU Gabriel Montpied, à Clermont-Ferrand, ont été confrontées à une affluence massive de patients vendredi 29 septembre. Photo d'illustration. / © AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES
Les urgences du CHU Gabriel Montpied, à Clermont-Ferrand, ont été confrontées à une affluence massive de patients vendredi 29 septembre. Photo d'illustration. / © AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES

Dans un communiqué diffusé lundi 2 octobre, la direction du CHU de Clermont-Ferrand dément toute fermeture momentanée des urgences vendredi 29 septembre. Le service a toutefois dû faire face à une affluence massive de patients.

Par Sandrine Montéro

"La continuité du service public a bien été assurée", assure la direction du CHU de Clermont-Ferrand dans un communiqué publié lundi 2 octobre. Elle dément une information qui, un peu plus tôt dans la journée, relatait une fermeture momentanée des urgences du centre hospitalier universitaire vendredi 29 septembre, en raison d'une surcharge de patients. 

Un épisode symptomatique toutefois de la saturation à laquelle est sujet le service. "Les patients ont dû attendre puisque les brancards et les box étaient tous pris", relate une source syndicale qui évoque un précédent lundi dernier, et le délestage de patients, ce jour-là, vers d'autres hôpitaux. "Tout le service était saturé", affirme une autre, qui ajoute que cela arrive "souvent". Mais précise aussi que "les patients ont bien été accueillis".

La direction confirme cette affluence massive vendredi 29 septembre : "Suite à de nombreuses arrivées de malades entre 18 h 30 et 21 h 30 aux urgences adultes, se rajoutant aux nombreux malades déjà présents (...), la prise en charge des patients a été très fortement alourdie", indique-t-elle, avant d'ajouter que, suite au renfort déployé par le chef de pôle, "l'orientation des patients est ensuite redevenue identique à la plupart des soirées du week-end".

Les syndicats réclament, certes, davantage de moyens, une infirmière notamment "pour s'occuper des patients dans le couloir radio" et un aide-soignant supplémentaire la nuit, ainsi que la pérennisation de l'équipe de sûreté. Mais face à la saturation des urgences, ils évoquent aussi d'autres raisons : un service à l'étroit dans ses murs, un "manque de lits en aval", des difficultés pour "avoir un médecin sur Clermont-Ferrand" en fin de journée ou l'absence d'avance de frais.

Dans le cadre du 3e volet de reconstruction du CHU Gabriel Montpied, les urgences pourraient bénéficier de locaux plus adaptés. En outre, la direction souligne l'ouverture dans d'autres unités de 28 lits supplémentaires, qui participeront, dit-elle, à "alléger les urgences".

Sur le même sujet

A Clermont-Ferrand et Chamalières (63), mobilisation des personnels de Sainte-Marie

Près de chez vous

Les + Lus