Clermont-Ferrand : 5 choses à savoir sur le vaccinodrome de la Grande Halle d’Auvergne

Dès mercredi,14 avril, il sera possible de se faire vacciner contre le COVID19 dans les locaux de la Grande Halle d’Auvergne de Cournon-d'Auvergne, près de Clermont-Ferrand. En attendant l’ouverture de ce vaccinodrome, voici 5 choses à retenir.

Le vaccinodrome de la Grande Halle d'Auvergne, près de Clermont-Ferrand, ouvrira ses portes le 14 avril.
Le vaccinodrome de la Grande Halle d'Auvergne, près de Clermont-Ferrand, ouvrira ses portes le 14 avril. © Eddy LEMAISTRE/MAXPPP

« Avec la place dont nous disposons dans cette halle, nous aurons la capacité de monter en puissance et pourrons nous adapter aux besoins en multipliant les injections contre le COVID19 ! » a affirmé, ce lundi 12 avril, Laurent Wauquiez lors de sa visite au centre de vaccination de la Grande Halle d’Auvergne de Cournon-d'Auvergne, près de Clermont-Ferrand. Il n’ouvrira ses portes au public que le mercredi 14 avril. Pour le moment, la salle mise à disposition contient trois lignes de vaccination pour permettre au plus grand nombre de personnes de pouvoir se faire vacciner mais devrait s’agrandir très vite. Un lieu choisi pour sa capacité d’accueil mais aussi pour sa localisation sur l’autoroute « facilement accessible à tous les Auvergnats, du Puy-de-Dôme comme de l’Allier par exemple » précise le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Alors, avant que ce vaccinodrome n'ouvre ses portes aux 2 000 premières personnes qui ont d’ores et déjà réservé leur rendez-vous, voici ce qu’il faut savoir.

Quel vaccin ?

« Le patient recevra deux injections du vaccin Pfizer-Moderna, les doses seront fournies par le CHU de Clermont-Ferrand deux fois par semaine », précise Jean Schweyer, directeur départemental du Puy-de-Dôme de l’ARS (Agence Régionale de Santé). Pour le moment, 300 doses de vaccin devraient être injectées par jour, soit environ 1 800 vaccins par semaine. Jean Schweyer ne cache pas la volonté d’accélérer la cadence au fil des semaines : « Nous aimerions passer à 1 500 injections par jour d’ici la mi-mai » précise-t-il. Il ajoute que la priorité sera aussi d’effectuer la deuxième dose le plus rapidement possible.

Qui pourra se faire vacciner ?

 Les personnes autorisées à se faire vacciner sont les mêmes que dans les autres centres de vaccinations qui utilisent le vaccin Pfizer-Moderna, précise Jean Schweyer : « Les plus de 60 ans, le personnel soignant mais aussi les personnes qui présentent des risques de comorbidité et maladies. » Il précise que la vaccination des plus de 55 ans annoncé par le gouvernement ne sera pas réalisée au sein de ce vaccinodrôme qui ne fournit que des doses Pfizer-Moderna. « Le but est vraiment de s’adapter au jour le jour aux annonces du gouvernement, et de pouvoir accueillir le plus de personnes possible », explique Laurent Wauquiez, « si les doses de vaccin nous le permettent », ajoute Jean Schweyer.

Où et quand réserver ?

« Comme n’importe quelle vaccination, il suffit de réserver ses deux rendez-vous en même temps pour les deux injections sur Doctolib », explique le directeur départemental de l’ARS sur le site Santé.fr. Il ajoute que l’ARS peut aussi se charger de contacter les personnes lorsqu’une place se libère. Philippe Chopin, préfet du Puy-de-Dôme également sur place, précise que 2 000 créneaux sur les 5 000 proposés pour les trois prochaines semaines ont déjà été réservés depuis dimanche soir. Il conseille aux futurs patients de réserver vite avant même l’ouverture du vaccinodrome pour optimiser la prise en charge. Des créneaux sont disponibles du lundi au samedi de 8h30 à 18h30, même si Clémence Lemaigre, l’une des organisatrices de la vaccination à la Grande Halle d’Auvergne, précise que l’objectif d’ici mi-mai sera d’ouvrir également le dimanche.

Comment se déroulera la vaccination ?

Comme dans les autres centres de vaccination contre le COVID19, le patient devra se munir de sa convocation et sera accueilli dans la Grande Halle d’Auvergne par les organisateurs. Si le petit entretien préalable ne décèle aucune contre-indication, le patient se fera directement vacciner, dans le cas contraire il devra passer une consultation plus approfondie.  Les injections des vaccins seront réalisées la première semaine dans les trois lignes de vaccination par les pompiers du département du Puy-de-Dôme, puis dès la semaine suivante, les médecins et infirmiers libéraux les rejoindront dans six lignes de vaccination simultanées. Une solidarité évidente entre professionnels mobilisés, insiste Thierry Taillandier, médecin chef des sapeurs-pompiers du SDIS 63 : « Nous sommes formés pour la vaccination et sommes en première ligne depuis des mois maintenant, c’est une priorité de se soutenir. » Chaque jour, 50 personnes seront mobilisées au sein du vaccinodrome.

Un vaccinodrome pour lutter contre la saturation des hôpitaux

Thierry Orliaguet, responsable opérationnel du centre de vaccination de la Grande Halle, sait que ce lieu permettra d’alléger les autres structures de vaccination et sera une arme supplémentaire pour lutter contre la saturation des hôpitaux. « Nous venons de recevoir une centaine d’adultes et une centaine d’enfants atteints du COVID19 au CHU de Clermont-Ferrand et si, pour le moment, la situation est sous contrôle, tout peut évoluer très vite et les lits de réanimation sont précieux. »

En fonction des doses disponibles et de l’évolution de la situation, le centre de vaccination pourrait déployer d’ici mi-mai une deuxième salle de vaccination « pour passer de 6 lignes de vaccination à 12 », précise Jean Schweyer. Le directeur de l’ARS du Puy-de-Dôme, impatient de voir le vaccinodrome ouvrir ses portes mercredi prochain aux visiteurs, précise qu’il viendra compléter les 13 autres centres de vaccination déjà présents sur le département. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société covid-19