Clermont-Ferrand : 500 militaires du 92ème RI partent en mission à l'étranger

Cérémonie de départ. Près de 500 militaires du 92ème Régiment d'Infanterie de Clermont-Ferrand sont envoyés en mission à l'étranger pour une durée de 4 mois. / © D.Cros/France 3 Auvergne
Cérémonie de départ. Près de 500 militaires du 92ème Régiment d'Infanterie de Clermont-Ferrand sont envoyés en mission à l'étranger pour une durée de 4 mois. / © D.Cros/France 3 Auvergne

Près de 500 militaires vont quitter le 92ème Régiment d'Infanterie de Clermont-Ferrand pour différentes opérations extérieures. Vendredi 13 septembre, une cérémonie de départ était organisée en présence des familles. 
 

Par D.Cros

Près de 500 militaires du 92ème Régiment d'Infanterie de Clermont-Ferrand vont partir en mission à l'étranger. Vendredi 13 septembre, une cérémonie de départ était organisée en présence des familles à Clermont-Ferrand.

Les militaires de l'armée de terre vont quitter le territoire national, pour une durée de 4 mois. Ils se rendront selon leur affectation au Mali, en République Centrafricaine ou à Djibouti.

La cohésion du 92ème RI

"Nous allons être répartis sur le territoire. Il était important d’avoir cette cérémonie pour marquer ce moment de la séparation. Un départ n’est jamais anodin. C’est à chaque fois une nouvelle séparation des siens et à chaque fois une nouvelle préparation opérationnelle" déclare le Colonel Rémi Pellabeuf.

Un moment émouvant et de cohésion partagé avec les familles. "Cette cérémonie nous soude. A travers cette communion, à travers les chants, nous nous ressourcerons. Nous partageons cela tous ensemble : ceux qui partent et ceux qui restent. Nos familles sont également présentes. Et nos anciens qui reviennent et les maires représentants des villes jumelles de nos compagnies" ajoute-t-il.

Capitaine Hugues va diriger une compagnie d’une centaine d’hommes. Il part en mission dans la bande sahélo-saharienne : "Je suis fier de partir en opération pour mettre en œuvre ce que j’ai appris. On est préparé aux rsques et aux menaces. Pour moi l’important sera de donner les bons ordres et les bonnes consignes pour que tout se passe bien".
 

Le soutien des familles

Pour le Caporal Pierre, une mission de 4 mois loin de ses proches est une grande première. "J’ai une certaine appréhension. C’est la 1ère fois que je pars. Je suis bien préparé et je pars avec ma compagnie. J’ai le soutien de ma famille" dit-il. 

Sergent Florian lui est plus habitué. C’est la 4ème fois que ses parents le voient partir pour une mission extérieure. "On se fait du souci. J’appréhende ce qui va se passer" explique sa mère. Son père dit : "Ca va aller. Je sais qu’il est bien préparé".

Pour Yoann, voir partir sa compagne est une première. Il s’est préparé mais il avoue : "Je suis stressé. Elle part quand même 4 mois. Ce n’est pas rassurant. La communication ne sera pas forcément facile mais elle est primordiale pour notre couple. Cette journée et cette cérémonie sont importantes. Nous échangeons et nous sommes rassurés de voir ce que fait le régiment et de voir cet esprit de corps".

"Cette cérémonie est très importante pour les familles. La plupart des militaires ne sont pas originaires de la région. Leur famille n’a pas souvent l’occasion de les voir sur leur lieu de travail et de voir le régiment. Cela permet de voir la vie de leurs proches et de voir l’importance d’un départ en opération" ajoute le Capitaine Hugues.
 

Missions extérieures

Les militaires se rendent dans trois pays distincts : 10 partent en République Centrafricaine, 150 à Djibouti et plus de 300 militaires vont se rendre dans plusieurs pays de la bande sahélo-saharienne dans cadre de l’opération Barkhane. 

"Cette opération fait suite à l’opération Serval lancée en janvier 2013. La France est intervenue au Mali à la demande du président Malien quand des colonnes de djihadistes sont descendues sur la capitale Bamako. Depuis ce temps-là, nous sommes restés et nous sommes présents aux côtés des forces armées maliennes pour les aider à se reconstruire, à reconstituer l’Etat et neutraliser l’ennemi encore présent" explique le Colonel Rémi Pellabeuf.

L’opération Serval a pris fin en juillet 2014. L’opération Barkane a pris la suite. C’est une opération militaire menée au Sahel et au Sahara par l'armée française, qui vise à lutter contre les groupes armés salafistes djihadistes dans toute la région du Sahel. "C’est une action de longue durée. Mais sommes satisfaits des progrès qui ont été faits. Des actions de développement ont été mises en place. Des casernes de forces armées maliennes reviennent dans des zones où ils n’étaient plus depuis plusieurs années" ajoute-t-il.
 

Une préparation intense

Les militaires ont été formés plusieurs mois pour ces différentes missions. Ils suivent une préparation technique et de savoir-faire militaire. "Déjà à l’automne dernier, nous nous entraînions face à, ce qui est de plus difficile, un ennemi du même niveau technologique que nous. Depuis plusieurs mois nous nous entraînons spécifiquement au théâtre sur lequel nous allons être engagés suivant la situation et l’ennemi que nous pouvons trouver là-bas" souligne le Colonel Rémi Pellabeuf.

Ils se sont également entraînés moralement et mentalement. "Ils acquièrent ce que nous appelons l’esprit guerrier qui nous permet dans les coups durs et dans la durée de la mission de faire front et de faire corps".

Les militaires du 92ème régiment d'infanterie de Clermont-Ferrand participent depuis deux décennies à de nombreuses opérations intérieures et extérieures.

 

Le 92ème Régiment d'Infanterie en chiffres

Environ 1500 militaires composent le régiment d’Auvergne, avec les 2 compagnies de réserve
5 compagnies de combat 
2 compagnies de réserve
950 militaires du rang / 200 sous-officiers / 50 officiers
Moyenne d’âge 28 ans
24 Véhicules Blindé de Combat d’Infanterie (VBCI) et 5 Véhicules de Poste de Commandement (VPC)

Sur le même sujet

Gérard Collomb sur la candidature à la Métropole de David Kimelfeld

Les + Lus