Clermont-Ferrand : après plusieurs accidents mortels, 140 cyclistes manifestent contre l'insécurité routière

Publié le
Écrit par Stéphanie Vinot avec Romy Hoa-Chuck et Jérôme Doumeng
140 cyclistes ont manifesté pour réclamer plus de sécurité pour les cyclistes et les piétons
140 cyclistes ont manifesté pour réclamer plus de sécurité pour les cyclistes et les piétons © Alfonso Martinez

Samedi 30 octobre 2021, 140 cyclistes ont manifesté à Clermont-Ferrand contre la dangerosité des pistes cyclables. Quand elles existent. Un mouvement de protestation suite à une série d'accidents avec des cyclistes ou des piétons. Quatre personnes ont été tuées en deux semaines.

 

Ils se sont donné rendez-vous au parking-relais des pistes à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme. Samedi 30 octobre 2021, environ 140 cyclistes ont répondu à l’appel de trois associations : Vélorution63, Vélocité63 et Tousdeuxroues. En deux semaines, du jeudi 14 octobre 2021 au mercredi 27 octobre 2021, sept accidents impliquant des vélos ou des piétons ont eu lieu à Clermont-Ferrand et ses environs. Quatre personnes sont décédées. La colère gronde. « Ca aurait pu être n’importe lequel d'entre nous », énonce un jeune homme, membre de Vélocité63. « C’est quelque chose qui nous fait réfléchir quand on prend la route, on sait que potentiellement on pourrait ne pas revenir. »

 

 

Tous, ensemble, ils ont pris la route pour se rendre avenue Fernand Forest, là où un homme de 78 ans a trouvé la mort mardi 19 octobre, percuté par un automobiliste. Les manifestants ont attaché un vélo peint en blanc à un arbre. Des applaudissements ont surgi, les sonnettes ont carillonné pour rendre hommage à ce cycliste. « C’est important de signaler là où il y a eu un accident, en l’occurrence le décès d’une personne », confie Pierre, un cycliste aux cheveux blancs.

Le même hommage a été rendu au cycliste de 54 ans décédé entre Lussat et Malintrat le 17 octobre.

« Nous sommes là pour les nombreux tués de ces derniers jours et les mauvaises conditions de circulation quand on est à vélo », témoigne Florence, jeune trentenaire, casque à visière sur la tête.  « Je sais qu’il y a beaucoup de vélos qui ne font pas attention au code de la route et que cela peut énerver les automobilistes mais nous sommes beaucoup à avoir fait le choix d’aller au travail à vélo et là, il y a trop de personnes qui sont décédées. »

Des aménagements sécurisés, c’est le leitmotiv de tous ces manifestants, déterminés à se faire entendre auprès de la mairie de Clermont-Ferrand. « Il reste énormément à faire sur des axes comme celui où nous sommes tout de suite. Le cycliste y est actuellement exclu », insiste un certain Alain, casque blanc sur la tête et gilet jaune sur le dos. « Les cyclistes ont besoin de pistes sécurisées », renchérit un autre Alain, le regard caché par des lunettes jaune flashy aux verres bleutés. « C’est vrai que nos pistes cyclables, malgré les efforts de la Ville, ne sont pas bien traitées. On a fait des bandes blanches le long des voitures et surtout à contre-sens des voitures, et ça c’est extrêmement dangereux. »

Certes, la Ville de Clermont-Ferrand prévoit de développer les déplacements à vélo et le 1er décembre 2021, les voitures seront limitées à 30 km/h dans l’hyper-centre. Mais cela ne suffit pas selon les associations. Elles veulent des aménagements transitoires à l’image de ce qui a été installé boulevard sud et place des Carmes. « C’est quelque chose qui pourrait être généralisé à plus grande échelle », ajoute le jeune homme, membre de Vélocité63. «  C’est rapide à faire, pas cher, certes un peu moche mais ça fonctionne et ça permet d’avoir un système vélo en place. » Il y a trois ans, la ville de Clermont-Ferrand a voté la création de 365 kilomètres de pistes cyclables. Un plan prévu sur dix ans. Les élus essayent de raccourcir les délais mais quoi qu’il arrive, la mise en place de ce réseau prendra du temps.

 

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.