Clermont-Ferrand : une nouvelle plainte pour un viol en pleine rue déposée par une jeune femme

Une nouvelle affaire de viol a été portée à la connaissance des enquêteurs de Clermont-Ferrand, les faits se seraient déroulés à 2 heures du matin samedi 7 mars. / © S.Naissant / FTV
Une nouvelle affaire de viol a été portée à la connaissance des enquêteurs de Clermont-Ferrand, les faits se seraient déroulés à 2 heures du matin samedi 7 mars. / © S.Naissant / FTV

A Clermont-Ferrand, une jeune fille de 19 ans a déposé plainte lundi 9 mars dans l’après-midi. Elle affirme avoir subi un viol dans le centre-ville, aux alentours de 2 heures samedi 7 mars. Il s’agit de la 4ème victime de viol ou d’agression sexuelle au cours du même week-end.

Par Solenne Barlot

A Clermont-Ferrand, une nouvelle jeune fille, âgée de 19 ans, a déposé plainte au commissariat central lundi 9 mars dans l’après-midi. Elle a expliqué aux enquêteurs avoir été victime d’un viol dans le centre-ville clermontois, samedi 7 mars, aux alentours de 2 heures du matin. La victime, originaire du Puy-de-Dôme, n’a pas pu indiquer précisément le lieu de l’agression. Selon la police, la jeune femme a décrit un individu de type africain, mais la description ne correspond pas avec celles faîtes par les précédentes victimes, pour l'heure, aucun lien n'a donc été établi avec les précédentes affaires. 

Contrôles et patrouilles renforcés

La police a indiqué mettre tous les moyens en œuvre pour retrouver le ou les auteur(s) des faits : « 4 agressions sur un même week-end, c’est une situation inédite. Nous avons donc renforcé les patrouilles dans les lieux indiqués par les victimes et contrôlons systématiquement toutes les personnes correspondant aux descriptions », affirme la brigade de sûreté du Puy-de-Dôme, en charge de l’enquête. Trois des individus décrits par les jeunes femmes sont de type africain, le quatrième est de type caucasien.

Prévenir le 17 si l'on se sent suivie

Des prélèvements ont été réalisés sur les victimes afin d’identifier l’ADN du ou des agresseurs, ils ont été envoyés pour être analysés. En raison de la gravité des faits, la procédure a été accélérée et les résultats devraient être connus rapidement par les enquêteurs. La brigade de sûreté rappelle : « Si une femme estime être suivie, à n’importe quelle heure puisqu’une des agressions a eu lieu le matin, elle doit immédiatement appeler le 17 et nous nous rendrons sur les lieux pour la protéger. Il vaut mieux nous appeler pour rien que nous appeler trop tard. »

Quatre agressions en quelques heures

Il s’agit de la 4ème agression de ce type au cours du même week-end. Dimanche, aux alentours de 2 heures du matin, une jeune femme qui rentrait de soirée, affirme avoir été agressée par un homme. Arrivé derrière elle, l'individu lui aurait mis des coups de poing au visage avant de la violer. La jeune femme n’étant pas originaire de Clermont-Ferrand, le lieu exact des faits reste encore imprécis. Quelques heures plus tard, aux alentours de 6 h 30, c’est une infirmière âgée de 25 ans, qui se rendait au CHU Estaing pour prendre son service qui aurait été jetée au sol par un individu. Grace à une bombe lacrymogène, elle a pu mettre en fuite son agresseur.  

Enfin, aux alentours de 10 h 45, une autre jeune femme a été agressée alors qu’elle se rendait chez une amie. Elle aurait été plaquée contre le mur par un homme qui aurait alors éjaculé sur elle avant de s'enfuir. Aucun lien n’a encore été établi entre les agressions. Selon le parquet de Clermont-Ferrand, il ne s’agit pas du même mode opératoire. Un suspect a été interpellé dimanche, mais a été mis hors de cause rapidement par les jeunes femmes.

Sur le même sujet

Les + Lus