Clermont-Ferrand : Urban Village, ce projet de complexe sportif et de loisirs qui fait polémique

Publié le
Écrit par S.B avec Julien Teiller
Un terrain près de Clermont-Ferrand pourrait bientôt accueillir le projet Urban Village.
Un terrain près de Clermont-Ferrand pourrait bientôt accueillir le projet Urban Village. © J.Teiller/FTV

Une enquête publique est en cours à Cournon-d’Auvergne, près de Clermont-Ferrand, à propos du projet Urban Village. Ce vaste complexe dédié aux sports et aux loisirs souhaite s'installer sur la plaine de Sarliève, à proximité du Zénith. Le projet divise.

C'est sur une parcelle de 27 hectares de la plaine de Sarliève, à Cournon-d’Auvergne dans le Puy-de-Dôme, que pourrait être construit Urban Village, un complexe d’une dizaine d’hectares d'aménagements et de bâtiments, face au Zénith d'Auvergne : « Le projet « Urban Village » concerne la création d’un complexe d’équipements commerciaux de loisirs, sport et bien-être, d’espaces de restauration, de magasins, de bureaux et d’un hôtel, répartis sur 21 bâtiments pour une surface de plancher totale de 28 726 m2. Il porte sur un terrain d’assiette d’une superficie totale de 274 475 m2, dont environ 10 hectares sont concernés par ces aménagements », indique la commune de Cournon-d’Auvergne sur son site internet.

Moins de terres agricoles

Julien Falgoux, chargé de projet Urban Village, détaille : « Il sera le long de la route qui mène à Cournon. Il formera une bande qui longe la route, jusqu’à la rase et même au-delà. Ce n’est pas un centre commercial, ce sont des bâtiments pour recevoir des activités de sport et de loisirs, quelques restaurants et un hôtel. A 90%, ce sont des sports et des loisirs destinés à des familles. » Avant de pouvoir en profiter, la population est invitée à donner son avis. Une enquête publique est en cours et le projet divise. La chambre d'agriculture s'y oppose : selon elle, trop de surfaces agricoles disparaissent dans le Puy de Dôme. Serge Bionnier, membre du bureau de la chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme, en charge de l'urbanisme, déclare : « Depuis 10 ans, c’est plus de 3 000 hectares de terres agricoles qui sont parties dans l’urbanisation. C’est à peu près une quarantaine d’exploitations. Urban Village, c’est une grosse goutte d’eau dans un vase qui est déjà bien trop rempli ».

L'écologie au coeur des préoccupations

Soumis à une étude environnementale, Urban Village fédère aussi contre lui diverses associations et partis écologistes. Parmi les opposants, le parti Europe Ecologie Les Verts, par la voix de Nicolas Bonnet, son porte-parole régional : « Nous sommes opposés à ce projet car il va à la fois urbaniser des terres agricoles à proximité de la métropole sur lesquelles on a besoin aujourd’hui de produire de l’alimentation pour les habitants de la métropole, pour être beaucoup plus autosuffisants. Il va aussi créer un complexe qui va attirer énormément de flux automobile à une heure où il est important de réduire notre flux automobile pour limiter l’impact sur le climat ». L'association GreenPeace a elle aussi émis un avis défavorable :

Pour accueillir 1 million de visiteurs par an, Urban Village prévoit plus de 600 places de stationnement et des voies routières, un impact environnemental que les porteurs du projet veulent compenser : « On a fait du mieux qu’on pouvait pour avoir une réponse écologique à tout ça. On va créer des zones humides. On va créer des corridors écologiques, on va planter plus de 1 000 arbres, on va préserver la rase, on va essayer de faire ce qu’il faut. Sur les 40 hectares dont nous sommes propriétaires aujourd’hui, 30 hectares vont passer en agriculture biologique », se défend Julien Falgoux, le chargé de projet. L'enquête publique se termine le 7 octobre. Le maire de Cournon-d'Auvergne s'appuiera sur ses conclusions pour accorder ou non un permis de construire à Urban Village.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.