Coronavirus COVID 19. Puy-de-Dôme : le petit-fils d’une victime salue le travail des soignants en EHPAD

Louisette, 92 ans, n'a pas survécu à l'épidémie de coronavirus COVID 19. Elle est morte dimanche 29 mars à l'EHPAD Louis-Pasteur de Lempdes, près de Clermont-Ferrand. Image d'illustration. / © LOIC VENANCE / AFP
Louisette, 92 ans, n'a pas survécu à l'épidémie de coronavirus COVID 19. Elle est morte dimanche 29 mars à l'EHPAD Louis-Pasteur de Lempdes, près de Clermont-Ferrand. Image d'illustration. / © LOIC VENANCE / AFP

Louise est décédée dimanche 29 mars à l’EHPAD de Lempdes, près de Clermont-Ferrand, à l’âge de 92 ans. C’est l’une des victimes du coronavirus COVID 19 dans cet établissement. Son petit-fils Jordan a tenu à témoigner.
 

Par Catherine Lopes

« Elle se prénommait Louise, mais tout le monde l’appelait Louisette » commence Jordan, son petit-fils. « Elle est morte dimanche 29 mars vers 16 heures. Elle avait 92 ans ». Louisette résidait depuis 2 ans à l’EHPAD Louis-Pasteur de Lempdes près de Clermont-Ferrand. C’est l’une des victimes de l’épidémie de coronavirus COVID 19 qui a frappé l’établissement.
Jordan poursuit : « Entre les premiers symptômes et son décès, tout s’est passé très vite. La direction nous avait avertis qu’il y avait un cas avéré, ils ont été transparents. Puis ma grand-mère a présenté une hausse de la température. Le médecin a dit que c’était un symptôme du coronavirus. Il y a eu ensuite un petit mieux, un regain de forme, puis son état s’est très vite dégradé. Elle n’était presque plus consciente et avait des problèmes de déglutition. Elle s’est éteinte ensuite ».

Je voudrais leur dire merci

A l’égard de l’établissement de Lempdes, le petit-fils de Louisette n’a aucun reproche à formuler : « Au contraire. Nous avons fait régulièrement des points avec le personnel et l’infirmière de garde. Ils ont fait un travail magnifique. Je voudrais saluer leur transparence et leur dire merci. Je suis fier de cet EHPAD où tout monde s’est dévoué corps et âme ». Si Jordan a tenu à témoigner c'est afin de rendre hommage au personnel de la maison de retraite mais aussi pour faire passer un message : "L'épidémie de coronavirus est très grave. Je souhaiterais avant tout que les personnes respectent les règles de confinement".

C’est très dur psychologiquement

Louisette sera inhumée mercredi 1er avril, en présence de ses deux-fils et de la mère de Jordan. Celui-ci, atteint d’une maladie chronique, ne pourra être présent. « C’est très dur psychologiquement, pour ma sœur, mes parents. Ces derniers ont vu le corps de ma grand-mère pris en charge par le personnel des pompes funèbres équipé de scaphandres et mis dans une housse mortuaire. C’est vraiment une triste image » confie l’homme de 35 ans.

C’était la grand-mère que l’on rêve tous d’avoir

Afin d’estomper la douleur qui le frappe, Jordan veut retenir d’autre images de sa grand-mère. Des images qu'il partage avec sa soeur Jessica : « Elle était ouvrière à l’usine Ducellier de Brassac-les-Mines. Elle était une grande cuisinière, toujours enjouée, souvent nichée dans son jardin. C’était la grand-mère que l’on rêve tous d’avoir ». Jordan conclut : « Quand je regarderai les fleurs de mon jardin, je penserai à elle ».

Sur le même sujet

Les + Lus