Dans le Puy-de-Dôme, les difficultés du Centre départemental de l’enfance et de la famille

Le Conseil départemental du Puy-de-Dôme vient de faire réaliser un audit sur le Centre départemental de l’enfance et de la famille. Capacité d’accueil dépassée, accompagnements insuffisants, manque de personnel : les dysfonctionnements sont nombreux.

A Chamalières, près de Clermont-Ferrand, au Centre départemental de l’enfance et de la famille, des enfants ont été accueillis en urgence. Ils ont été confiés à l’aide sociale à l’enfance sur décision judiciaire ou administrative. Ce centre accompagne les tout-petits et les jeunes jusqu’à l’âge de 21 ans. Normalement ils doivent vivre ici seulement quelques semaines mais en réalité, ils restent bien plus longtemps. Marie-Pierre Salaun, directrice du Centre départemental de l'enfance et de la famille, explique : « Aujourd’hui, 60 % des enfants du centre restent plus de 6 mois, ce qui n’est pas positif. Nous avons de vraies difficultés quant à notre travail d’orientation parce que dans le département du Puy-de-Dôme, il n’y a pas assez de places, il n’y a pas assez de structures ». 

Des lois qui évoluent

Quelque 144 enfants sont aujourd’hui pris en charge dans ce Centre départemental de l’enfance et de la famille. Au fil du temps, leur nombre n’a cessé d’augmenter : plus 28 % en 6 ans dans le Puy-de-Dôme. Anne Poudret, directrice générale du Pôle solidarités sociales au Conseil départemental du Puy-de-Dôme, indique : « On peut l’expliquer par différentes raisons. Il y a des lois qui protègent de mieux en mieux les enfants. Il y a notamment la loi où l’enfant est considéré comme victime en cas de violence conjugale. Il y a aussi une évolution plus attentive à l’égard de l’enseignement, des voisins : chacun se sent responsable de la protection de l’enfant donc les signalements sont faits de plus en plus tôt ». 
Une capacité d’accueil largement dépassée, un manque d’agents, des accompagnements insuffisants : autant de dysfonctionnements plusieurs fois dénoncés par le personnel et qui viennent d’être confirmés dans un récent audit.

Des difficultés connues

Lionel Chauvin, président (LR) du Conseil départemental du Puy-de-Dôme, souligne : « Depuis de nombreuses années, on avait l’information qu’il y avait des difficultés dans ce centre. Il fallait qu’on apprenne à connaître ces racines de difficultés. Le plan stratégique départemental que nous avons mis en place depuis quasiment deux ans devait mettre à plat la situation, d’où cet audit. Cet audit révèle un certain nombre de choses. Il est aussi constructif, c’est une mise à plat de la situation. Cela va permettre de rebondir et de surtout restructurer comme il se doit la pouponnière et le centre de l’enfance. Sur ce mandat, on a prévu de créer 240 places complémentaires, de travailler également en lien avec les autres départements limitrophes, sachant que l’enfance est une urgence pour tous ». 

Des projets en cours

Lionel Chauvin poursuit : "On est en train d’essayer de trouver des solutions ensemble pour pouvoir apaiser la situation du centre de l’enfance. Aujourd’hui, sur la pouponnière, on a créé 6 places en interne et nous avons trouvé des solutions bâtimentaires extérieures pour pouvoir accompagner nos enfants dans des lieux différents, momentanément, avant de restructurer l’ensemble. Cela ne va pas se faire en un coup de baguette magique. Cela va se faire avec du temps ". Cette restructuration se fera avec l’encadrement et avec l’ensemble des agents du Centre départemental de l’enfance et de la famille.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité