Dotation des nouvelles métropoles : Saint-Etienne et Clermont-Ferrand font appel au Premier ministre

Les présidents des 7 métropoles expriment leur "inquiétude" et leur "incompréhension" face à la suppression des dotations promises par le précédent gouvernement. / © THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Les présidents des 7 métropoles expriment leur "inquiétude" et leur "incompréhension" face à la suppression des dotations promises par le précédent gouvernement. / © THIERRY ZOCCOLAN / AFP

En novembre dernier, le gouvernement a rejeté un amendement attribuant 10 millions d'euros de dotation à chacune des 7 nouvelles métropoles. Elles avaient pourtant été données pour les 15 autres métropoles. Leurs présidents ont décidé de s'adresser au Premier ministre.

Par Marc Taubert

Le 14 novembre dernier à l'Assemblée nationale, pendant la nuit, le gouvernement a rejeté un amendement proposant de doter les 7 nouvelles métropoles (Clermont-Ferrand, Dijon, Orléans, Toulon, Saint-Etienne, Metz et Tours) de leurs dotations de 10 millions d'euros.

Pour Olivier Bianchi maire socialiste de Clermont-Ferrand, "le Ministre de l'Intérieur vient d'inventer les métropoles à deux vitesses."


Dans un courrier commun, les futurs présidents de ces métropoles qui en auront le statut à partir du 1er janvier 2018, rappellent que le précédent Premier ministre, Bernard Cazeneuve avait annoncé 150 millions d'euros pour les 15 premières métropoles. Un pacte qui "serait réévalué, tenant ainsi compte de la création de nos 7 nouvelles métropoles de manière à assurer un traitement équitable entre les 22 métropoles française."

Les édiles qui expriment leur "inquiétude" et leur "incompréhension" relèvent que ces métropoles "sont des agglomérations dynamiques […], des terres d'innovation et de changement".

Ils ne leur reste plus qu'à espérer que le Premier ministre Édouard Philippe l'entende aussi de cette oreille.

 

Sur le même sujet

Les + Lus