Elections municipales : y a-t-il encore un pôle central à Clermont-Ferrand ?

A Clermont-Ferrand, en vue des élections municipales, deux candidats s'affrontent et fragilisent le pôle central : Michel Fanget et Eric Faidy. / © Thierry Zoccolan / AFP et Henri Moreigne
A Clermont-Ferrand, en vue des élections municipales, deux candidats s'affrontent et fragilisent le pôle central : Michel Fanget et Eric Faidy. / © Thierry Zoccolan / AFP et Henri Moreigne

A 9 semaines des élections municipales, les candidats sont tous déclarés à Clermont-Ferrand. Droite, gauche, les lignes sont claires. Mais que se passe-t-il au centre ? Deux candidats en concurrence : Michel Fanget et Eric Faidy, l'un est MoDem, l'autre LREM. Localement, ils sont tous sauf unis.

Par C. L avec Charline Collet

A Clermont-Ferrand, tous les candidats sont déclarés en vue des élections municipales de mars 2020. Deux candidats s’affrontent au centre : Michel Fanget du MoDem et Eric Faidy de LREM. A part le centre, ils ne partagent pas grand chose. Premier exemple, quand le candidat du MoDem appelle au rassemblement, Michel Fanget déclare : « Monsieur Faidy est le candidat investi par LREM. Je suis le candidat investi par le MoDem. Le pôle central c’est ces 2 mouvements. D’ailleurs ils sont réunis au plan national. Il reste encore du temps, 9 semaines. J’appelle à un rassemblement bien sûr ».

Deux visions qui s'opposent

Eric Faidy a un tout autre discours : « Pour moi la seule alliance que j’envisage de passer est une alliance non pas avec les vieux partis politiques mais avec les Clermontoises et les Clermontois, sur un projet de transformation ». Si Michel Fanget garde l'espoir d'une union au centre, il se tourne aussi vers la droite et affiche clairement son soutien à Jean-Pierre Brenas. Il indique : « C’est quelqu’un que je connais bien. Nous partageons les mêmes valeurs. Les objectifs sont identiques. Il m’a invité à ses vœux, j’y suis allé. Pour moi c’est dire qu’effectivement nous pouvons tout à fait nous retrouver ».

Chacun croit en la victoire

Pour Eric Faidy, le centre, la droite ensemble, tout cela est dépassé : « Est-ce que vous croyez que l’on peut encore s’offrir ce luxe de bricolage, d’arrangements d’arrière-cuisines, de vieilles formations politiques ? Est-ce que vous pensez que l’on peut encore aujourd’hui avoir, dans un monde qui se transforme, une soi-disant droite qui vient et fait des trucs, met en place un certain nombre de choses, et une gauche qui revient ensuite, et défait tout cela ? ». Et chacun est persuadé de sa légitimité, de son succès. Michel Fanget précise : « Au-delà des mouvements politiques, je crois que c’est d’abord une démarche personnelle face aux électeurs. Je n’ai personne en face si ce n’est les électeurs de Clermont-Ferrand ». Eric Faidy conclut : « Je serai en tête le soir du premier tour. Et à cause de cela je gagnerai cette élection le 22 mars ». Il s’agit donc de deux candidats du même bord et pourtant aux antipodes. Les partisans centristes vont devoir choisir leur camp.

Sur le même sujet

Les + Lus