Foire à l’ail de Billom (Puy-de-Dôme) : de la prison ferme pour les agresseurs

Les trois agresseurs de la foire à l’ail de Billom, dans le Puy-de-Dôme, étaient jugés mercredi 14 août, en comparution immédiate. Le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand a rendu un jugement ferme pour deux des agresseurs / © Aurélie Albert / France 3 Auvergne
Les trois agresseurs de la foire à l’ail de Billom, dans le Puy-de-Dôme, étaient jugés mercredi 14 août, en comparution immédiate. Le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand a rendu un jugement ferme pour deux des agresseurs / © Aurélie Albert / France 3 Auvergne

Les trois agresseurs de la foire à l’ail de Billom, dans le Puy-de-Dôme, étaient jugés mercredi 14 août, en comparution immédiate. Le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand a rendu un jugement ferme pour deux des agresseurs.

Par Aurélie Albert

Les trois agresseurs de la foire à l’ail de Billom, dans le Puy-de-Dôme étaient jugés mercredi 14 août, en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand. 
Le premier, écope de 10 mois de prison ferme et d’une révocation de deux mois d’un précédent sursis. Il a été maintenu en détention. Le tribunal lui a également interdit de détenir une arme et d’apparaître dans le département.
Le deuxième a été puni de six mois de prison ferme et de deux mois avec sursis et mise à l’épreuve.
Lui aussi a été maintenu en détention. Le tribunal lui a interdit de porter ou détenir une arme et pendant deux ans de venir à Billom.
Et le troisième accusé est puni de six mois de prison dont deux mois avec sursis et mise à l’épreuve. Mais il n’a pas été maintenu en détention. Il lui est interdit de posséder ou détenir une arme et de venir pendant deux ans à Billom. 
 

Trois personnes ont été interpellées 


Les trois agresseurs étaient jugés après avoir agressé des agents de sécurité bénévole lors de la foire à l’ail de Billom, dimanche 11 août. Ils étaient venus avec des armes de types barres de fer, pistolet « lance-fusées de détresse » et bombe à poivre. Deux d’entre eux avaient été interpellés. Un troisième s’était présenté de lui-même aux forces de l’ordre, mais avait été relâché. Mais une autre personne a été interpellée. Ils étaient placés en garde à vue depuis les faits. 

Sur le même sujet

Les + Lus