La future Métropole de Clermont-Ferrand privée de dotations ?

Christine Pirès Beaune, députée du Puy-de-Dôme (Nouvelle Gauche) a défendu un amendement pour que les sept nouvelles métropoles françaises, créées le 1er janvier 2018, ne soient pas privées de dotations. / © Thomas Padilla/MaxPPP
Christine Pirès Beaune, députée du Puy-de-Dôme (Nouvelle Gauche) a défendu un amendement pour que les sept nouvelles métropoles françaises, créées le 1er janvier 2018, ne soient pas privées de dotations. / © Thomas Padilla/MaxPPP

Dans la nuit du 14 au 15 novembre, le gouvernement a rejeté un amendement de la députée du Puy-de-Dôme Christine Pirès Beaune (Nouvelle Gauche). Le financement promis aux sept nouvelles métropoles françaises, dont Clermont-Ferrand, ne figure plus dans le projet de budget 2018.

Par Brigitte Cante

Dans la nuit du 14 au 15 novembre, le gouvernement a rejeté un amendement de la députée du Puy-de-Dôme Christine Pirès Beaune ( Nouvelle Gauche). Le financement promis aux sept nouvelles métropoles françaises, dont Clermont-Ferrand, ne figure plus dans le projet de budget 2018.

Les sept villes de Clermont-Ferrand, Dijon, Orléans, Toulon, Saint-Etienne, Metz et Tours auront effectivement le statut de métropole le 1er janvier 2018.

La décision d’agrandir le cercle des métropoles françaises avait été prise en 2016 par le précédent gouvernement. Elle prévoyait un financement de 10 millions d’euros pour chaque nouvelle métropole.

L'examen du projet de loi de finances 2018 réserve cependant quelques surprises : Christine Pirès Beaune, députée Nouvelle Gauche du Puy-de-Dôme et membre de la Commission des Finances a découvert que la dotation promise n’était plus à l’ordre du jour.

Ce contenu n'est plus disponible

La députée du Puy-de-Dôme a défendu un amendement à l'Assemblée Nationale pour que l’engagement vis-à-vis des nouvelles collectivités soit respecté "au nom de la continuité républicaine."  Un amendement retoqué par le gouvernement dans la nuit du 14 au 15 novembre.

Christine Pirès Beaune s’est adressée directement au Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb : " Ces métropoles, de fait, ont été créées. Il convient de les traiter de manière équitable." Les quinze métropoles qui existent déjà, comme Lyon ou Marseille, ont disposé en effet de crédits équivalents.

DES METROPOLES A DEUX VITESSES ? 

Cette différence de traitement a fait réagir le maire de Clermont-Ferrand et futur président de Clermont Auvergne Métropole. Pour Olivier Bianchi (PS) "le Ministre de l'Intérieur vient d'inventer les Métropoles à deux vitesses." Outre le manque à gagner de 10 millions d'euros, Olivier Bianchi dénonce "une décision incompréhensible qui pénalise les territoires".

Ce contenu n'est plus disponible

Depuis la fusion des régions, le développement d'une métropole à Clermont-Ferrand est perçu comme un nécessaire rééquilibrage à l'ouest de Grenoble et Lyon.

Cette métropolisation semble ne pas convaincre Gérard Collomb, ministre d'Etat... et ancien maire de Lyon  : " Pour moi, les vraies métropoles sont celles qui permettent à la France de pouvoir supporter la comparaison avec les grandes métropoles européennes."

Face au "mépris" du gouvernement, Christine Pirès Beaune et le groupe parlementaire Nouvelle Gauche envisagent de déposer un recours auprés du Conseil Constitutionnel.








A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Exercice attentat au Phare de Chambéry

Près de chez vous

Les + Lus