Iturria raconte sa troisième mi-temps à Edimbourg : « J’ai fait une connerie »

Dans un entretien accordé à nos confrères de Midi Olympique, publié lundi 26 février, Arthur Iturria revient sur sa virée nocturne à Edimbourg avec d’autres joueurs du XV de France, après la défaite face à l’Ecosse. Le deuxième ligne de l’ASM reconnaît avoir « fait une connerie ». / © CHRISTOPHE SIMON / AFP
Dans un entretien accordé à nos confrères de Midi Olympique, publié lundi 26 février, Arthur Iturria revient sur sa virée nocturne à Edimbourg avec d’autres joueurs du XV de France, après la défaite face à l’Ecosse. Le deuxième ligne de l’ASM reconnaît avoir « fait une connerie ». / © CHRISTOPHE SIMON / AFP

Dans un entretien accordé à nos confrères de Midi Olympique, publié lundi 26 février, Arthur Iturria revient sur sa virée nocturne à Edimbourg avec d’autres joueurs du XV de France, après la défaite face à l’Ecosse. Le deuxième ligne de l’ASM reconnait avoir « fait une connerie ».

Par K. Tir

Exclu du match du tournoi des 6 Nations face à L’Italie, suite à sa virée nocturne dans une boîte de nuit d’Edimbourg, Arthur Itturia a décidé de sortir de son silence pour raconter ce qui, selon lui, s’est réellement passé le soir de la défaite du XV de France face à l’Ecosse.

Dans un long entretien accordé à Midi Olympique, le joueur de l’ASM revient sur l’origine de sa blessure au visage qui a nécessité quinze points de suture. «  Il y a eu un tas de conneries de dites autour de mon cas, après cette nuit d’Edimbourg », insiste le deuxième ligne du XV de France.

Selon lui, c’est en sautant sur son lit, vers 3 heures, qu’il s’est heurté le visage contre l’angle de la table de nuit. « J’ai tapé l’arête de la table de nuit, ce qui m’a entaillé tout le dessous du nez jusqu’à la lèvre. J’ai été coupé. Avec le choc, j’ai aussi une marque sur le dessus du nez », a-t-il indiqué à Midi Olympique. Un scénario qui n’est pas sans rappeler l’histoire de la table de nuit de Mathieu Bastareaud, en 2009. « Justement, c’est bien la preuve que mon histoire est vraie ! Après ce qu’il s’est passé en 2009, si j’avais eu à inventer un mensonge, je n’aurais pas raconté cela. Je ne suis pas stupide à ce point », a expliqué Arthur Itturia.




Des preuves



« Je ne m’attendais pas à ce que ça prenne une telle ampleur. Dans les heures qui ont suivi, une seconde affaire a éclaté, avec cette histoire de fille qui aurait porté plainte. Et je me suis retrouvé en porte-à-faux. Oui j’ai fait une connerie. Je suis sorti un soir de défaite, je n’aurais certainement pas dû. Mais mon affaire s’arrête là », poursuit le Clermontois.
S’il reconnaît avoir fait « une connerie », le joueur de rugby répète qu’il ne s’est pas battu et qu’il n’a « rien fait avec aucune fille ». Désormais, il espère obtenir des preuves pour mettre un terme à la polémique et aux « rumeurs ». Pour cela, il compte notamment sur les vidéos de l’hôtel ainsi que sur des témoignages de policiers qui l’ont croisé dans la nuit.

 

Sur le même sujet

Dans l'Allier, un ancien policier crée un refuge pour les ânes

Les + Lus