Législatives 2022. Marianne Maximi et Delphine Lingemann : qui sont les deux nouvelles députées du Puy-de-Dôme

Elues pour la première fois à l’Assemblée Nationale au second tour des législatives le 19 juin, Marianne Maximi (NUP-LFI) et Delphine Lingemann (ENS-MoDem) représenteront les électeurs du Puy-de-Dôme pendant 5 ans. Découvrez le parcours de ces 2 primo-députées.

A l’issue du second tour des élections législatives le 19 juin, 3 députés sortants ont conservé leur siège dans le Puy-de-Dôme : Christine Pirès-Beaune (NUP-PS) dans la 2ème circonscription, Laurence Vichnievsky (ENS-MoDem) dans la 3ème circonscription et André Chassaigne (NUP-PCF) dans la 5ème. En revanche, la 1ère et la 4ème circonscription changent de main et sont attribuées à 2 primo-députées : Marianne Maximi (NUP-LFI) et Delphine Lingemann (ENS-MoDem). Découvrez les parcours de ces deux nouvelles députées.

Qui est Marianne Maximi ?

Marianne Maximi, une élue clermontoise de 36 ans, a remporté la 1ère circonscription du Puy-de-Dôme, qui avait été ravie à la gauche par la majorité présidentielle en 2017. Cette éducatrice spécialisée est conseillère municipale dans l'opposition au maire PS de Clermont-Ferrand Olivier Bianchi qu'elle avait affronté lors des dernières municipales sous la bannière de La France insoumise. Née à Louviers en Normandie, elle a suivi des études d'histoire à Clermont-Ferrand avant de se tourner vers le métier d'éducatrice qu'elle exerce dans la fonction publique hospitalière auprès d'enfants placés. Ses premiers engagements remontent à 2002 : lycéenne, elle participe aux manifestations contre l'extrême-droite après la qualification de Jean-Marie Le Pen pour le second tour de l'élection présidentielle.

Etudiante, elle adhère à l'Unef puis se présente sur la liste d'Alain Laffont aux municipales de Clermont-Ferrand pour le Front de gauche en 2014, avant de rejoindre LFI en 2017. "Quand on vit dans un monde d'inégalités, ça donne forcément envie d'agir, pour faire bouger les choses", dit-elle. Avec un taux de pauvreté plus élevé que la moyenne nationale, sa circonscription, qui englobe une partie de Clermont-Ferrand est selon elle "le reflet de la France" : "des zones à la fois urbaine, des quartiers défavorisés, mais aussi périurbaine et rurale, avec des enjeux à la fois en matière d'emplois et climatiques". Marianne Maximi est pacsée et mère de deux enfants.

Qui est Delphine Lingemann ?

La candidate de la majorité présidentielle Delphine Lingemann (Modem), une cheffe d'entreprise de 49 ans, a été élue sur la 4e circonscription du Puy-de-Dôme face à la représentante de la Nupes. Arrivée deuxième au premier tour, elle a finalement battu d'extrême justesse son adversaire Valérie Goléo (Nupes), avec 50,13% des voix, soit 116 voix d'écart. Elle a ainsi réussi à surmonter la division de son camp après la condamnation et l'inéligibilité de son prédécesseur Michel Fanget (Modem). Enseignante associée à l'université de Clermont-Ferrand, la nouvelle députée est aussi à la tête de Become, une société de conseil aux entreprises qui lui permet d'être "ancrée dans le réel".

Adjointe au maire de Royat depuis les élections municipales de 2020, année de sa première bataille électorale, elle est depuis encartée au Modem. "Cela correspond à mes valeurs de centre-droit", dit-elle à l'AFP. Née à Issoire où elle a fait toute sa scolarité, elle a suivi des études de sciences politiques à La Sorbonne avant de travailler dans le milieu politique, notamment avec Alain Lamassoure, ancien ministre et député européen, passé de l'UDF à LR. Après trois ans en Allemagne pour l'entreprise Siemens, elle est revenue vivre dans sa région d'origine avec son mari allemand et ses deux filles qui ont la double nationalité. Cette passionnée de voyages se dit "très pro-européenne".