Moineaux, hirondelles... comment protéger les oiseaux qui nichent dans les parois des murs ?

De nombreux oiseaux nichent dans les parois des maisons et des immeubles. Si vous repérez des nids, il faut attendre l'automne avant d'entreprendre des travaux de rénovation énergétique pour leur laisser le temps de se reproduire, alerte la LPO.

Serin cini, verdier d'Europe, martinet... Ces espèces qui aiment se nicher dans le bâti enchantent le quotidien des Auvergnats à la ville comme à la campagne. Mais elles connaissent un déclin "particulièrement inquiétant" depuis 20 ans alerte la Ligue de protection des oiseaux (LPO). Les principales causes de ce déclin sont connues : l'usage des pesticides, l'exploitation forestière, la construction de routes et plus largement l'urbanisation... Mais une nouvelle menace plane désormais sur ces volatiles : la destruction des nids lors des travaux de rénovation énergétique, indispensables pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre ainsi que le montant de nos dépenses pour nous chauffer. On fait le tour des solutions pour faire ces travaux sans trop déranger les oiseaux avec la LPO.

Inspectez les murs pour repérer les nids

Avant de vous lancer dans des travaux, faites le tour de votre maison ou inspectez les façades de votre immeuble. "Les oiseaux nicheurs affectionnent particulièrement les cavités, les avancées de toit et les volets", explique Clarisse Novel, chargée de communication à la LPO Auvergne-Rhône-Alpes. Si vous avez le moindre doute, n'hésitez pas à envoyer une photo à la LPO, ou à contacter l'association pour qu'elle envoie des bénévoles vous donner leur avis.

Si vous repérez des espèces protégées (rapaces, hirondelles, martinets, moineaux,...), il faut impérativement contacter la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) pour obtenir une autorisation officielle de déplacer le nid."Ce repérage est indispensable", martèle la chargée de communication : leur destruction illégale est passible d'amendes pouvant aller jusqu'à 150 000 euros pour certaines espèces comme les hirondelles.

Attendez l'automne pour faire les travaux si nécessaire

Les oiseaux s'accouplent au printemps et en été. Si vous repérez des nids, il faut donc attendre l'automne pour faire vos travaux, afin de ne pas les empêcher de se reproduire. La même consigne s'applique en ce qui concerne le taillage des haies si vous en avez en bordure de votre jardin, puisque les oiseaux aiment également y faire leur nid.

Installez des nichoirs

Parois lisses, combles isolés... Après les travaux, il y a de fortes chances pour que les oiseaux disposent de beaucoup moins d'endroits où se nicher. Pour les aider à retrouver des repères, vous pouvez installer des nichoirs artificiels - cela fait d'ailleurs partie des mesures que la Dreal peut vous proposez pour "compenser" le fait d'avoir déplacé des nids d'espèces protégées.

L'idéal est d'installer le nichoir là où les oiseaux avaient l'habitude de se nicher avant, privilégiant ceux adaptés aux espèces locales : "Cela ne sert à rien d'installer un nichoir à hirondelles si vous n'en n'avez jamais observé dans les parages", explique Clarisse Novel.

Si vous craignez d'être incommodé par leurs déjections, il est possible d'installer des planches sous le nichoir pour protéger les parois. En ville, ceux à mésanges sont idéaux, en raison de leur chant agréable.

Dites adieu aux pesticides

Si vous avez un jardin, n'utilisez surtout pas de pesticides ou d'engrais pour l'entretenir : "Ils déciment les insectes dont se nourrissent les oiseaux, qui n'ont plus de garde-manger", rappelle Clarisse Novel. Leur emploi massif dans les exploitations agricoles compte d'ailleurs parmi les causes principales de disparition en Europe, selon une récente étude du CNRS.

Autres idées pour rendre votre jardin accueillant : limitez la fréquence de la tonte, installez des mangeoires avec des graines de tournesols et privilégiez la plantation d'espèces locales comme le chêne, le châtaignier ou le noisetier. "Leurs branches sont parfaitement adaptées à la nidification des oiseaux", conclut Clarisse Novel.