Le retour de la photographie argentique, la tendance à Clermont-Ferrand

Depuis un peu plus d'un an, un magasin à ouvert ses portes autour de l'argentique et de la photographie d'antan. Sa clientèle est surtout composée de jeunes lassés par le numérique. / © Manon Le Charpentier
Depuis un peu plus d'un an, un magasin à ouvert ses portes autour de l'argentique et de la photographie d'antan. Sa clientèle est surtout composée de jeunes lassés par le numérique. / © Manon Le Charpentier

Prendre une photo, la partager sur les réseaux sociaux ou avec sa famille n'a jamais été aussi facile à l'ère des Smartphones. Mais de plus en plus de photographes, amateur ou non reviennent à la photo d'antan, la photo en tant qu'objet.

Par Aurélie Albert

Les Smartphones sont toujours plus révolutionnaires et toujours autant prisés. Et pourtant, ils sont nombreux aussi à défendre le retour à l’argentique. Un certain retour dans le temps où la photographie redevient un art à part entière.
« Les smartphones le numérique, on fait énormément de photos avec. On ne prend plus le temps de réfléchir au cadrage, aux positions et de vraiment apprécier le moment où on fait la photo alors qu’en argentique on réfléchit beaucoup plus », explique Maxime Gobet
Cet ancien ingénieur en bâtiment a trouvé une clientèle à Clermont-Ferrand avec son magasin l’Imaginarium. Des jeunes aujourd’hui lassés par le numérique.

Un autre amoureux de la photographie d’antan est à Clermont-Ferrand. Didier Guyot, lui, ressuscite une des plus anciennes techniques : le collodion humide.
«  Ca a été une révélation quand j’ai fabriqué les produits et que j’ai vu la première image apparaître, ça a été un coup de foudre », raconte le photographe.
Ce procédé photographique date des années 1850. Parmi les photographes qui ont utilisés cette technique, on retrouve Roger Fenton, ou encore Georges Barnard. Pour chaque portrait, c’est 30 minutes de travail.

Un retour dans le passé qui ne pourra jamais être égalé par une application mobile.

L'amour de la photo avec Didier Guyot
Prendre une photo, la partager sur les réseaux sociaux ou avec sa famille n'a jamais été aussi facile à l'èrer des smartphone. Mais de plus en plus de photographe, amateur ou non revienne à la photo d'antan, la photo en tant qu'objet. Didier Guyot ressuscite une des plus ancienne technique au collodion et Maxime Gobet qui a ouvert un magazin consacré à l'argentique. Intervenants : Laury Rouzé, Photographe ; Maxime Gobet, Responsable de l'Imaginarium ; Didier Guyot, Photographe - Reportage : Manon Le Charpentier, Valérie Riffard

 

Sur le même sujet

L'Université Grenoble Alpes veut provisoirement héberger les migrants dans d'anciens locaux

Près de chez vous

Les + Lus