Avec le printemps, la pelouse se remet à pousser et vous allez peut-être sortir la tondeuse. Mais attention à ne pas commettre des erreurs de débutant. Voici quelques conseils pour tondre son gazon dans les règles de l’art.

Avec les beaux jours qui arrivent, le gazon est en pleine croissance et l’heure est peut-être venue de sortir la tondeuse. Pierre-Alain Detalle, technicien de gestion aux espaces verts de l'agglomération de Vichy, livre des conseils pour bien entretenir sa pelouse.

1. Tondre trop court

Pierre-Alain Detalle commence : « Le premier piège est de tondre trop court. Lorsque l’on tond trop court, on diminue la concurrence du gazon par rapport à la végétation spontanée, comme les pissenlits, les chardons et le plantain. La lumière va arriver jusqu’au sol et ne vont pas uniquement pousser les graines que l’on aura semées. Plus on tond haut, aux alentours de 6 cm, plus on réduit la croissance des adventices, les mauvaises herbes ». Il insiste : « Lorsqu’on vient de refaire une pelouse, il faut bien laisser le gazon s’implanter et surtout ne pas tondre trop court lors de la première tonte. On peut tondre à 7 ou 8 cm. Dès que le gazon est semé, on peut effectuer un désherbage manuel par soustraction des plantes adventices ». 

2. Trop laisser pousser le gazon

Le technicien rappelle : « Il faut éviter de trop laisser pousser l’herbe. Si on tond une herbe trop haute, on a tendance à rencontrer des difficultés avec la tondeuse. Cela peut la bourrer »

3. Tondre une pelouse humide

Pierre-Alain Detalle insiste : « Un écueil consisterait à laisser passer trop de temps entre deux tontes. On a tendance à avoir la machine qui va bourrer. Il ne faut pas non plus tondre sous la pluie ou après la pluie. Il faut bien que le gazon soit sec »

4. Ramasser ses résidus de tonte

Pour le technicien, on peut tondre mais d’une autre manière : « Il existe aujourd’hui un grand nombre de tondeuses qui tondent avec le kit mulching : c’est le fait de fermer le conduit qui emmène le gazon dans le panier. Par le courant d’air causé par la rotation des lames, le gazon va être recoupé une deuxième fois, cela va faire de tous petits morceaux qui vont rester dans le gazon et qui vont pouvoir être laissés sur place. Cela conserve les éléments nutritifs du gazon car c’est de la matière organique, de l’eau et des éléments minéraux. Mais cela suggère une tonte fréquente. Si on décide de ramasser, ce qui s’entend tout à fait, les déchets de tonte peuvent servir à pailler des végétaux, des arbres, des arbustes, des légumes du potager. Le gazon est plein d’azote et il est très fertilisant ».

5. Ne pas entrenir sa tondeuse

Pour le spécialiste, il faut prendre quelques précautions avant de tondre : « Il faut faire attention à avoir un terrain sans cailloux pour ne pas endommager la lame et la tondeuse. Il faut effectuer un affûtage régulier. Pour un particulier, il faut le faire au moins une à deux fois par an afin que la coupe soit la plus nette possible et afin d’éviter les maladies du gazon. On peut aussi recommander de faire réviser sa tondeuse chaque année ».

6. Utiliser des fertilisants chimiques

Le technicien rappelle : « Les gens qui veulent un beau gazon bien vert utilisent des engrais chimiques. Je conseille de ne pas mettre d’engrais dans le gazon à moins de vouloir obtenir un green de golf. Ce sont des choses à proscrire car la manière dont c’est fabriqué est polluante. Quitte à fertiliser le terrain, on peut utiliser des engrais organo-minéraux. Ils sont souvent utilisés dans l’agriculture biologique. Ils présentent le double intérêt de fertiliser et d’améliorer le taux de manière organique du sol : on aura un gazon plus sain, plus vivant ». 

S’interroger sur les bonnes pratiques

Enfin, Pierre-Alain Detalle pense qu’il faut en finir avec certaines visions sur le beau billard vert : « Il faut réfléchir à faire évoluer les pratiques au niveau de la tonte. Je pense que les gazons tels qu’on les a connus, avec que des graminées, sans mauvaises herbes, sont un mode qu’il faut essayer de changer. Un gazon est quelque chose qui a possiblement de la diversité, avec toutes ces fameuses plantes de fleurs spontanées. Dans un gazon, il peut y avoir des trèfles, des medicagos, des véroniques. Est-ce qu’on veut vraiment supprimer toutes ces plantes-là et n’avoir que des graminées ? A mon sens, il est important de dire qu’on peut garder cette diversité. Qui dit diversité, dit vie végétale, dit diversité animale et biodiversité en général ». Il poursuit : « Doit-on tondre tout court ? Je parle pour les gens qui ont un grand jardin. Mais quand on a entre 1 000 et 5 000 m² de terrain et plus, devons-nous vraiment tondre l’intégralité de notre jardin ? Je pense qu’on peut apprendre à gérer les espaces de manière différenciée. On peut très bien se dire que la zone terrasse, la zone barbecue, la zone piscine sont des zones à tondre régulièrement parce qu’on est amenés à les emprunter souvent. A l’inverse, si on a parfois un fond de terrain avec une zone boisée, un verger, il est intéressant de se dire qu’il est vraiment bien de laisser l’herbe pousser pendant une année complète et ne venir débroussailler qu’une fois par an. Quand on laisse les plantes fleurir, les plantes monter à graine, on voit la faune qui revient, les papillons, les insectes, les petits rongeurs ». Avec ces conseils, à vous de jouer et de bien tondre votre gazon.