Vingt ans de concerts à Clermont-Ferrand : les plus beaux souvenirs du directeur de la Coopé

Alors que la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrand espère rouvrir fin juin avec ses « concerts d'été » en plein air sur le parvis rue Serge Gainsbourg, son directeur et programmateur, Didier Veillault revient sur quelques anecdotes qui l'ont marqué depuis l'ouverture de la salle il y a 20 ans.
Parmi les souvenirs les plus marquants de Didier Veillault, directeur de la Coopérative de mai à Clermont-Ferrand, figure en tête le dernier concert d'Alain Bashung dans la salle clermontoise le 22 octobre 2008.
Parmi les souvenirs les plus marquants de Didier Veillault, directeur de la Coopérative de mai à Clermont-Ferrand, figure en tête le dernier concert d'Alain Bashung dans la salle clermontoise le 22 octobre 2008. © LINDAUER Thierry/Maxppp

D'emblée, le passionné Didier Veillault, directeur de la Coopérative de Mai, la salle de musiques actuelles de Clermont-Ferrand, explique qu'il est plutôt tourné vers l'avenir, impatient de nous dire ce que lui et son équipe préparent pour l'été 2020, lui, à qui le confinement ne réussit pas : « C'est la première fois que je ne vais pas au moins une fois par semaine à un concert ! »

Pourtant, dès qu'on l’interroge sur les souvenirs accumulés en 20 ans de Coopérative de Mai, car la salle fêtait ses deux décennies d'existence cette année, sa mémoire s'emballe.

Alain Bashung, sa plus grande émotion

En 20 ans, Didier Veillault en a vu, des artistes. Il en a vécu, des moments inoubliables. Mais sa première grande émotion, c'est bien sûr l'ouverture de la salle avec les Rita Mitsouko. Le duo Chichin/Ringer accepte alors d'essuyer les plâtres, à proprement parler, puisque qu'ils ont joué dans une Coopé à peine terminée. « Nous avions beaucoup travaillé pour que la salle soit prête, alors ce premier soir, l'émotion était à son comble. »

D'autres souvenirs submergent le directeur, comme l'amitié qui se crée avec le regretté Christophe lors de sa résidence dans la salle en 2002 pour préparer son grand retour sur scène après 26 ans d'absence.

Et puis, il y a Bashung. « Bashung à la Coopérative de Mai, c'est une grande histoire d'amitié et je me souviens tout particulièrement du dernier concert qu'il a donné. Ce moment où il est sorti de scène pour me dire qu'il reviendrait en février. » C'était un soir d'octobre, à peine cinq mois avant sa mort. « Cette date était en pourparler et évidement, il n'a pas pu la faire. »

Mais le souvenir qu'il garde du chanteur, c'est surtout son humour : « Il pouvait paraître austère au premier abord alors qu'en fait, c'était une personne extrêmement drôle. Je me souviens d'un fou rire déclenché alors qu'il s'amusait avec le juke box de la Coopérative de Mai, à nous passer les plus grands tubes de Trust et je ne sais plus quoi d'autre... »

Cat Power en bikini sur le parvis

Un autre souvenir lui revient en tête. Peut-être parce que la chanteuse devait se produire le 7 juin dernier à la Coopé, pour finalement faire partie de la dizaine de concerts reportés, il repense à la première fois qu'ils ont accueilli Cat Power. C'était en 2003 et bien que, de l'aveu du directeur, le concert ne fut en rien inoubliable, son passage à Clermont a malgré tout marqué son esprit « Sans prévenir personne, l'après-midi, elle est sortie en bikini sur le parvis de la Coopé pour faire un brin de bronzette. C'est vraiment l'image la plus incroyable que j'ai vue ces vingt dernières années. »

Enfin quand on demande à Didier Veillault ce qui l'a le plus surpris en 20 ans, il parle des artistes que la Coopé a permis aux Clermontois de découvrir : «  Encore récemment, l'une de mes plus grosses claques a été le concert du groupe Fontaines D.C. qui représente pour moi tout ce qu'il y a de mieux dans le rock, c'est vraiment ce qui me scotche le plus aujourd'hui. Mais je pourrais aussi parler du premier concert de Stromae à la Coopé, devant seulement 600 personnes... Ça aussi c'était quelque chose !»

Fontaines D.C. "A Hero's death"

Et puis il y a eu ces imprévus, « rares dans le monde des musiques actuelles » nous confie le directeur. « Comme cette fois où Mathieu Chedid est venu faire un petit concert à la Coopé à sa sortie du Zenith d'Auvergne alors qu'il faisait une tournée avec Vanessa Paradis. Ou encore récemment lorsque Manu Chao a choisi de faire un concert dans le club, en deuxième partie de Calypso Rose. »

La Coopé d'été, pour revenir en douceur

Aucun regret, aucune déception en vingt ans et même s'il en a eu, il n'a pas envie d'en parler. Son plus gros crève-coeur a été de devoir annuler ou reporter tous les concerts de ces derniers mois. « C'était et c'est encore une période difficile pour nous car nous ne sommes pas un théâtre. Chez nous, le public est debout et les concerts sont des instants de liberté où justement, les gens viennent se retrouver pour voir, certes, leur artiste préféré mais aussi pour échanger, danser, boire un verre... C'est aussi pour cette raison que la Coopérative de mai organise ces concerts d'été (série de concerts sur le parvis de la Coopé, du 24 juin au 11 juillet et du 17 août au 4 septembre, ndlr) pour voir comment le public réagit. » Didier Veillault espère que les spectateurs seront au rendez-vous pour finir de fêter dignement cet anniversaire. D'autant qu'une belle programmation est prévue avec des artistes comme Cali, The Liminanas, The Inspector Cluzo, Bumcello, Senseverino ou encore Dick Annegarn.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture