Coronavirus COVID 19. Puy-de-Dôme : A Brassac-les-Mines, des élus désinfectent les rues à l'eau de javel

A Brassac-les-Mines dans le Puy-de-Dôme les trottoirs des rues principales, les devantures des commerces et les bancs publics sont désinfectés tous les soirs. / © G.Mahoudeaux
A Brassac-les-Mines dans le Puy-de-Dôme les trottoirs des rues principales, les devantures des commerces et les bancs publics sont désinfectés tous les soirs. / © G.Mahoudeaux

Pour lutter contre la propagation du coronavirus COVID 19, les villes cherchent des solutions. A Brassac-les-Mines dans le Puy-de-Dôme, deux élus désinfectent tous les soirs les rues et les devantures des commerces à l'eau de javel.

Par D.Cros

Pour lutter contre la propagation du coronavirus COVID 19, la municipalité de Brassac-les-Mines (Puy-de-Dôme) désinfecte la ville à l'eau de javel. Objectif nettoyer minutieusement les zones de passage : les trottoirs des rues principales, les devantures des commerces et les bancs publics.

Sur la page Facebook de la mairie de Brassac-les-Mines, plusieurs posts montrent des photos de la désinfection accompagnées de ce message : "Covid 19 : désinfection chaque soir des devantures de chaque commerce ouvert la journée".

"Depuis le 19 mars, avec mon mari, tous les soirs à la fermeture des magasins aux alentours de 19h nous faisons le tour de la ville" explique Gaëlle Mahoudeaux, adjointe aux finances et à la vie scolaire à la mairie.

C’est elle et son mari, conseiller municipal qui ont proposé au maire de désinfecter les zones de passage. "Nous avons vu que c’était fait en Chine et en Italie. Nous nous sommes dit que cela devait avoir une incidence et que cela ne mangeait pas de pain de le faire". Le maire de la ville, Yves-Serge Croze confirme : "Je me suis dit pourquoi pas et j’ai accepté leur proposition".
 

Pastilles d’eau de javel diluées dans l’eau

Tous les soirs, c’est le même rituel. Gaëlle et Thierry Mahoudeaux prennent la voiture à la tombée de la nuit. "Nous faisons le tour de la ville. Les bidons sont préparés et chargés. Ils sont remplis d’eau dans laquelle nous mettons des pastilles d’eau de javel utilisées d’ordinaire pour le nettoyage des poubelles"  souligne Gaëlle.

Son mari équipé d’une combinaison, pulvérisateur dans le dos, arpente les rues. Elle le suit en voiture. Boucherie, boulangerie, primeur, pharmacie… la tournée leur prend environ une heure.

Une désinfection utile ?

"L’eau de javel se trouve partout, on désinfecte avec. On met bien du chlore dans l’eau potable et les piscines. Et puis, elle n’est pas pure. Nous diluons les pastilles dans l’eau et respectons les dosages" précise Gaëlle. Puis elle ajoute : "Je ne pense pas que ce soit dangereux, je pense que c’est un moindre mal. On n’a pas la certitude que cela serve à quelque chose mais en tout cas il faut essayer".

De son côté, le maire de Brassac-les-Mines tient le même discours : "Ou c’est un peu efficace est c’est bien on le fait ou c’est inefficace et on le fait pour rien. C’est la logique de la désinfection des lieux qui sont contagieux. Cela part du même principe" . Il souligne également : "En Chine, ils se sont qu’en même un peu débarrassés de l’épidémie, je trouve que l’idée n’est pas mauvaise. Après, est-ce que c’est vraiment efficace? Est-ce que c’est indispensable? Ce n’est pas à moi d’en décider. On ne fait pas de mal, on se sert régulièrement de la javel dans notre quotidien".

La municipalité va continuer à désinfecter la ville, tous les jours, à moins d’avoir une interdiction. En attendant les élus constatent que de plus en plus de villes, comme Nice, Menton ou Cannes, recourent également à cette méthode.
 

Sur le même sujet

Les + Lus