Cet article date de plus de 4 ans

Procès Fiona - « Fiona sautait dans les bras de Berkane Makhlouf, lui l'appelait -ma chérie- »

Jeudi après-midi, dans le procès Bourgeon/Makhlouf devant la cour d’assises du Puy-de-Dôme, un témoignage inattendu est venu apporter un peu d’eau au moulin dans la défense du beau-père.
C’était une petite fille « bavarde, très agréable, très vive », dit l’une. « Elle avait des grands yeux », dit l’autre. Jeudi après-midi, la cour d’assises du Puy-de-Dôme a écouté attentivement le témoignage d’une partie du personnel de l’école clermontoise dans laquelle allait Fiona jusqu’à sa mort en mai 2013.

Fiona sautait dans les bras de M. Makhlouf, lui l'appelait -ma chérie-.


Interrogée sur sa perception des relations entre la fillette et son beau-père quand ce dernier venait la chercher à l’école, une des ATSEM (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) a raconté que Fiona « n’avait pas de réticence à aller vers lui ». « Elle courrait dans ses bras », précise-t-elle.
Berkane Makhlouf devant la cour d'assises du Puy-de-Dôme, en novembre 2016.
Berkane Makhlouf devant la cour d'assises du Puy-de-Dôme, en novembre 2016. © Elisabeth de Pourquery
 

Les gens de l’école ont vu un beau-père présent. - Me Khanifar


Ce témoignage a été reçu favorablement par l’avocat de Berkane Makhlouf qui juge cette « journée importante ». « On commence à gratter un peu le vernis des choses », a estimé Me Khanifar. « Les gens de l’école ont vu un beau-père présent, ils nous décrivent une enfant qui va vers lui avec beaucoup d’envie et d’amour », a-t-il ajouté. Rappelant que depuis le début des débats, son client insiste sur le fait que pour lui « les enfants sont sacrés », « on peut l'autoriser à le dire au travers des témoignages qu'on a eus cet après-midi ».
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire fiona faits divers disparition