Puy-de-Dôme : un choc à la tête à l'origine de la mort du jeune joueur de rugby de Billom

Selon l'autopsie, un traumatisme cranien est à l'origine du décès du jeune joueur du Rugby Club de Billom. (Photo d'illustration) / © Thomas BREGARDIS / MAXPPP
Selon l'autopsie, un traumatisme cranien est à l'origine du décès du jeune joueur du Rugby Club de Billom. (Photo d'illustration) / © Thomas BREGARDIS / MAXPPP

C’est un traumatisme cranien qui est à l’origine du décès du jeune joueur du Rugby Club de Billom, retrouvé mort dimanche dans son lit, au lendemain d’un match. Les résultats de l'autopsie ont été connus mardi 22 mai.

Par Sandrine Montéro

L’autopsie pratiquée mardi 22 mai a permis d’en savoir plus sur ce qui a causé la mort d’un jeune joueur de rugby, retrouvé sans vie dans son lit dimanche au lendemain d’un match. 
Selon le Parquet de Clermont-Ferrand, le jeune homme de 17 ans est décédé des suites d'un traumatisme cranien avec hémorragie cérébrale. « Des investigations sont encore en cours pour confirmer qu’on est bien sur une origine accidentelle ». Il s'agit de vérifier si ce décès est effectivement dû à un choc subi par l'adolescent lors d’une phase de jeu.

Il avait disputé samedi après-midi une rencontre à domicile contre l’Entente Rugby Blanzat-Châteaugay, dans le cadre d’un huitième de finale du Challenge Sud-Est. Et était sorti prématurément, « après un choc avec étourdissement, mais sans perte de conscience », explique encore Laurent Béard, le substitut du Procureur de la République de Clermont-Ferrand.

« Le médecin légiste n’exclut pas que la personne ne ressente pas l’importance de la blessure », mais l’enquête confiée à la communauté de brigade de Billom doit permettre de "fermer des portes", d’exclure toute autre hypothèse. Selon l’AFP, les gendarmes devaient notamment se pencher sur l’emploi du temps de la victime après la rencontre. Des investigations médicales complémentaires vont être menées.

 

Sur le même sujet

Dans l'Allier, un ancien policier crée un refuge pour les ânes

Les + Lus