Puy-de-Dôme : pourquoi des facteurs collectent des cheveux chez des coiffeurs

Une expérimentation vient d'être lancée à Issoire (Puy-de-Dôme) par l'une des start-up auvergnates qui monte : la société Capillum, spécialisée dans la valorisation des cheveux coupés. Les deux co-fondateurs développent leur réseau de coiffeurs solidaires et la Poste assure la collecte.

A Issoire, dans le Puy-de-Dôme, les facteurs collectent des cheveux chez les coiffeurs pour les recycler.
A Issoire, dans le Puy-de-Dôme, les facteurs collectent des cheveux chez les coiffeurs pour les recycler. © J.Teiller/FTV
A Issoire, dans le Puy-de-Dôme, les facteurs font désormais la tournée des coiffeurs : 23 salons de la ville ont rejoint la filière de recyclage des cheveux proposée par la société Capillum, spécialiste dans la valorisation de cheveux coupés : « Leur concept était très pratique pour nous, pas besoin d’aller à la Poste pour les envoyer donc aucune contrainte pour nous. C’est ce qui a fait que j'ai accepté cette démarche. Avant, les cheveux, on les mettait dans la poubelle classique, on n’en faisait rien du tout », affirme Magalie Chamard, coiffeuse. Au total, 4000 tonnes de cheveux ne sont pas recyclées chaque année. Capillum veut leur donner une seconde vie : un boudin rempli de cheveux dans les mains Clément Baldellou, le co-fondateur de Capillum; fait une démonstartion de sa capacité absorbante : « Le cheveu a une structure écaillée qui fait que tous les corps gras vont s'intercaler entre les écailles et c'est d’ailleurs pour ça qu'on se les lave ». Ce partenariat entre la firme et La Poste est lié à la victoire de Capillium au Trophée national des Elanceurs 2019, concours lancé par l'entreprise de distribution de courrier.

Une expériementation pour collecter plus de cheveux

Le cheveu utilisé comme dépolluant, c'est l'un des nombreux projets de cette start-up en plein essor. Le réseau de coiffeurs s'agrandit : pour collecter plus de volumes, La Poste fournit son expertise : « On va tester sur une ville moyenne et sur un territoire semi-rural et semi-urbain. L’expérimentation, c’est de tester plusieurs moyens et d’en tirer des enseignements pour passer à une autre échelle, on l’espère, avec Capillum », se félicite Stéphanie Bouillaud, déléguée au développement régional La Poste AURA. « Les coiffeurs sont présents partout, il y a plus de 70 000 coiffeurs en France. Il y a deux fois plus de salons de coiffures que de boulangeries. Il faut trouver une solution pour tout le territoire national », rappelle Clément Baldellou. Pour compenser la baisse des volumes de courrier, La Poste diversifie ses activités. Une à deux fois par mois, les facteurs feront la relève de ces sacs de 100 litres remplis de cheveux. Les sacs collectés sont ensuite expédiés et stockés à Gerzat sur la plateforme de Urby, prestataire de stockage du groupe La Poste.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déchets ménagers environnement