• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Puy-de-Dôme : l'autorisation de fauchage des jachères jugée trop tardive pour de nombreux agriculteurs

La dérogation autorisant le fauchage des jachères est estimée trop tardive pour bon nombre d'agriculteurs du Puy-de-Dôme. Dans une communiqué de presse la Coordination Rurale s'est inquiétée de la hausse du prix des fourrages. / © M.Valérie/France 3 Auvergne
La dérogation autorisant le fauchage des jachères est estimée trop tardive pour bon nombre d'agriculteurs du Puy-de-Dôme. Dans une communiqué de presse la Coordination Rurale s'est inquiétée de la hausse du prix des fourrages. / © M.Valérie/France 3 Auvergne

Après l'annonce du ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume le 29 juillet, le fauchage des jachères est autorisé. Une mesure d'urgence en cette periode de sécheresse intense. Cependant, pour de nombreux agriculteurs, il est déjà trop tard. 

 

Par Mohamed Benmaazouz

Au total 33 départements sont concernés par la mesure du ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation annoncée le 29 juillet. Cette mesure prévoit l'autorisation du fauchage dans les jachères pour tous les agriculteurs. Une première dérogation a été accordée par l'Union européenne aux éleveurs avant d'être élargie à tous les exploitants grâce à une demande des syndicats agricoles. Sur ses terres, Claude Raynaud, céréalier et maire de Luzillat, constate impuissant les dégâts causés par la sécheresse. "Par rapport à cette année ce qu'il aurait fallu faire c'est, prendre une décision plus précocement dans le temps. On arrive aujourd'hui à des aberrations avec une gestion technocrate et administrative de l'agriculture. Aujourd'hui donner l'autorisation de récolter les jachères, n'est d'aucune valeur nutritive pour nos amis éleveurs" déplore le céréalier, au milieu de ses herbes mortes. En temps normal les parcelles d'intérêt écologique ne sont pas exploitables du 1er mars au 1er septembre. 
 

C'est ce que constate Baptiste Arnaud, vice-président de la chambre d'agriculture 63  "les syndicats, la chambre, ont fait le nécessaire depuis début avril au printemps pour demander des dérogations afin de ramasser les jachères, compte tenu de la situation climatique de l'année. L'administration départementale était au courant et nous soutenait sauf qu'au niveau ministériel, il faut des mois, des jours même des années pour parvenir à quelque chose. Aujourd'hui c'est trop tard ". Il ajoute, " la solution je pense c'est de demander une dérogation dès maintenant pour 2020, pour laisser le temps au ministre de réagir ".

Dans un communiqué de presse la Coordination Rurale est du même avis. Elle déclare : " Cette dérogation arrive donc bien trop tard. En outre, elle devrait concerner tous les départements pour permettre une plus grande disponibilité. Comme l’an dernier le prix des fourrages va s’envoler, même si le ministre demande de limiter les incorporations de paille dans les méthaniseurs". En plus de cette dérogation concernant les jachères, le ministre Didier Guillaume prévoit d'autoriser à certains exploitants, de décaler au 20 août la date de présence obligatoire des cultures dérobées.  
 

Sur le même sujet

Ligue 2 : le GF 38 reçoit l'AC Ajaccio au Stade des Alpes

Les + Lus