TEMOIGNAGE. Sapeur-pompier dans le Puy-de-Dôme : « Voir dans les yeux des gens que l’on est utile, ça n’a pas de prix »

Anne Faure est sapeur-pompier professionnel dans le Puy-de-Dôme. Elle vient de publier à compte d’auteur un livre qui s’intitule « Témoignage d’une femme sapeur-pompier ». Elle y évoque sa passion pour son métier.
 
A 46 ans, Anne Faure est sapeur-pompier professionnel au Codis du Puy-de-Dôme. Elle vient de publier, à compte d’auteur, ses mémoires, dans un livre qui s’intitule «Témoignage d’une femme sapeur-pompier ». Elle y raconte sa passion pour son métier. Elle explique : « Quand j’ai débuté dans le métier, j’ai cherché un livre sur les interventions, la formation, la vie en caserne. Je n’ai rien trouvé. J’ai donc décidé d’écrire ce livre afin d’inspirer d’autres vocations. J’ai commencé  à écrire en 2015, à un moment où je rencontrais des difficultés. L’écriture a été un exutoire. Au final, je me suis dit que je pourrai en faire un livre ».

J'aime aider les gens

Tout commence pour Anne Faure à l’âge de 31 ans. Elle décide de devenir sapeur-pompier volontaire. Elle raconte : « J’avais cette passion depuis longtemps. J’aime aider les gens. J’avais même mon brevet de secouriste. J’ai alors voulu devenir sapeur-pompier volontaire. Après c’est devenu une passion. Je mangeais pompier, je vivais pompier ». Trois ans plus tard, elle décide de passer le concours de sapeur-pompier professionnel. Elle indique : « J’ai bossé tous les jours pendant 3 mois pour y arriver. Par exemple, au début, je ne parvenais pas à faire les tractions. Au final, j’ai réussi, ce qui m’a procuré une grande satisfaction ».

S'imposer comme femme dans un univers masculin

Ce sentiment de satisfaction, Anne Faure le ressent aussi lors des interventions. Elle évoque ce souvenir : « Il y avait une vieille dame coincée dans une voiture. Elle n’entendait rien à cause de son âge. Je lui ai serré la main et je lui ai transmis mon énergie. C’était un bon moment pour moi. Il fallait faire preuve de beaucoup d’empathie. Ce métier c’est aider les gens. Voir dans les yeux des gens que l’on est utile, ça n’a pas de prix ». En tant que femme, Anne Faure a dû batailler dans un univers très masculin. Mais elle a réussi à trouver sa place. Elle affirme : « Les femmes apportent de la douceur, du calme, et rassurent les victimes en intervention. Les trois quarts de notre travail c’est de l’ambulance. Les victimes sont contentes de nous trouver. Mais sur un feu, on est aussi capable qu’un homme de tenir une lance ».

L'importance de la notion de respect

Elle ajoute : « Quand j’ai voulu devenir professionnelle, je ne me suis pas posée de questions. Il faut s’investir, rester humble, respecter la hiérarchie, les collègues et les victimes. La notion de respect est hyper importante ». Aujourd’hui, l’auteur est préoccupée par l’avenir de sa profession : « Je ne comprends pas les gens qui caillassent les pompiers. Si un jour ils ont besoin d’aide, là ils comprendront. Cela me met hors de moi. Nous sommes là pour sauver des gens. Cela me révolte ». Le livre témoignage est disponible sur commande sur Internet. Anne Faure s’occupe elle-même de sa distribution.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers livres culture témoignage société