Cet article date de plus de 5 ans

Vic-le-Comte : grève à la papeterie de la Banque de France

Mardi matin, devant les grilles de la papeterie de la Banque de France à Vic-le-Comte, 200 salariés se sont mobilisés pour défendre leurs acquis. Au mois de novembre, une filialisation de la papeterie entraînera la création d'un nouveau statut, moins avantageux, pour les nouveaux embauchés.

Derrière les murs de la papeterie de la Banque de France, à Vic-le-Comte, le 2 novembre prochain, la filiale Europafi, Européenne du papier fiduciaire, fera son entrée à la Banque de France. Après 3 ans de gestation, le projet de la direction va pouvoir se réaliser. Le personnel déjà en place gardera son statut, mais les nouveaux venus, les futurs embauchés, ne bénéficieront pas du même traitement.

On le redoute pour les relations de travail, tout simplement. Quand on sait que les nouveaux arrivants seront à 25% de salaire de différence, avec des jours de congés en moins, pas d'accès au comité d'entreprise de la Banque de France et qu'ils travailleront sur les mêmes machines que des salariés qui ont accès à tout ça, on peut imaginer ce que ça va donner ! Philippe Martinez, Secrétaire général de la CGT


Un même travail, deux statuts, deux traitements différents. Selon les syndicats : "La direction veut faire payer au personnel son dernier investissement : 75 millions d'euros dans une machine ultra-moderne". Autre crainte : le fait que ce nouveau statut devienne la norme pour tous. Une crainte loin d'être dissipée mardi matin : quand les syndicats ont appelé au dialogue, la direction a préféré répondre par le silence.
durée de la vidéo: 01 min 30
Grève à la papeterie de la Banque de France

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mouvement social économie social manifestation