Un quartier de Saint-Martin-d'Hères (Isère) entre émotion et colère après la mort d'un jeune homme abattu lors d'une fusillade

Publié le Mis à jour le
Écrit par Isabelle Guyader .

Il était un peu plus de 23 heures, ce samedi 20 juin, quand les pompiers ont été alertés. Un jeune homme de 19 ans venait de tomber après avoir reçu une balle dans le cou. Il est décédé. Ce dimanche, des habitants se sont rassemblés. 

C'est la PJ de Grenoble qui est chargée de l'enquête, mais aucun élément ne permet de comprendre les raisons de cette fusillade mortelle place Etienne Grappe, à Saint-Martin-d'Hères.



Le jeune homme se trouvait à l'arrière d'un scooter quand des coups de feu ont retenti, le blessant mortellement. Transporté par les pompiers en arrêt cardio-vasculaire, il est mort à son arrivée à l'hôpital. 



Selon le parquet de Grenoble, le jeune homme "n'était pas connu pour des faits de délinquance habituels. Il y avait beaucoup de monde sur cette place mais il n'y a pas de témoin direct de la scène." Le conducteur du scooter, un ami de la victime âgé de 22 ans est, lui, connu des services de police. Il a été blessé à l'oreille droite.



Une fête, de la tension, des balles

Ce dimanche matin, des dizaines d'habitants se sont rassemblés et ont déposé des fleurs sur le lieu du drame. Des habitants émus mais aussi en colère. Selon Abdellaziz Guesmi, Conseiller municipal de Saint-Martin, "il aurait fallu que le préfet mobilise des forces, il y avait la fête du parc et il fallait s'attendre à ce que cela dégénère".

 

durée de la vidéo: 00 min 44
Intervenant : Abdellaziz Guesmi, Conseiller municipal de Saint-Martin-d'Hères


Dans le quartier, les riverains sont sous le choc, mais ne souhaitent pas, pour la plupart, témoigner à visages découverts. Certains racontent que de violentes bagarres et des coups de feu avaient déjà été signalés à la police aux alentours de 18 heures dans le quartier, puis un peu plus tard. Selon la préfecture, une équipe cynophile avait été dépêchée sur place, "sans rien remarquer d'anormal".



Les habitants de ce quartier de Renaudie-La Plaine se disent "abandonnés, livrés à des bandes de délinquants qui font régner la terreur". Un quartier déjà rendu tristement célèbre lors de la nuit du nouvel an 2014 où un jeune homme de 21 ans était mort poignardé.



Reportage de Joëlle Ceroni & Marie Michellier

durée de la vidéo: 01 min 58




Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité