Grande précarité : à Lyon, des bureaux la journée deviennent lieux d'hébergement la nuit

Publié le Mis à jour le

Utiliser des bureaux vides pour héberger des personnes en grande précarité. Tel est l'objectif de l’association «Les Bureaux du Coeur». Début décembre, l'antenne lyonnaise a accueilli son premier bénéficiaire.

Des "invités" et des "hôtes". Le principe de l’association "Les Bureaux du Coeur" est simple : utiliser les bureaux d’entreprises vides et chauffés pour héberger des personnes en grande précarité le soir et le week-end. L’association se charge de tisser des liens entre des entreprises et des associations orientées vers la réinsertion. Ces dernières proposent aux "Bureaux du Coeur" des profils de personnes en grande précarité.

Les termes "hôtes" et "invités" n'ont pas été choisis au hasard : "Il faut imaginer qu'on accueille quelqu'un chez soi et qu'on met en place ce qu'il faut pour qu'elle soit bien reçue comme un invité" souligne Solène Marsollier, responsable de la délégation lyonnaise des "Bureaux du Coeur". 

Bureaux le jour, lieux de repos la nuit

Coin nuit, armoire fermée à clé, coin cuisine, sanitaires, douche… Tout est prévu dans les entreprises pour accueillir les "invités". Après les horaires de travail et le week-end, ils peuvent s’installer pour une durée maximale de trois mois, renouvelable une fois.

«Une personne dans la précarité, un patron et des locaux : les 3 ingrédients de la réussite du dispositif» résume le site Internet de l’association fondée en 2018 par Pierre-Yves Loaëc, chef d’entreprise nantais.

L’aménagement des bureaux coûte en moyenne 1000 euros. Un mode d’hébergement à moindre coût comparé au prix d’un lit d’urgence évalué à 10 000 euros par an pour la collectivité d’après l’association.

Néhemie, premier "invité" accueilli à Lyon 

Néhemie Kidia, demandeur d'asile depuis plus de six mois, est le premier "invité" accueilli dans l'antenne lyonnaise début décembre. Depuis plus d'un mois, il est hébergé dans les locaux de l'entreprise SiPi&Co de Simon-Pierre Tonetti.

"Son arrivée s'est très bien passée ! Néhemie a même pu avoir accès aux locaux pendant la période de congés des salariés [...]  Les collaborateurs sont ravis de pouvoir le croiser. Les premiers jours, il ne voulait pas déranger. Il partait très tôt le matin, mais l'équipe lui a demandé au contraire de partir plus tard pour pouvoir se croiser et faire connaissance. Tous sont contents de partager un café le matin ou de discuter le soir" raconte Solène Marsollier.

Dans les prochaines semaines, deux nouveaux "invités" seront accueillis dans l'antenne lyonnaise. Depuis sa création à Nantes, "Les Bureaux du Coeur" ont accompagné une quarantaine "d'invités". Aujourd'hui, l'association compte 18 délégations réparties en France.

Quatre associations lyonnaises partenaires

"Les Bureaux du Coeur" s’appuient sur des associations qui proposent des "invités". À Lyon, quatre d'entre elles s’engagent à les suivre pendant leur période d’hébergement pour faciliter leur insertion : le Foyer Notre Dame des Sans-Abri, Entourage, L’ouvre-porte et Yoon

"Depuis fin décembre, on accompagne Néhemie dans sa recherche d'emploi en tant que soudeur. Il est plutôt motivé. Du côté de Yoon, il profite de l'accompagnement pour trouver un emploi et du côté des Bureaux du Coeur d'un logement à Lyon" explique Laurie, membre de l'association Yoon, spécialisée dans l'accompagnement professionnel de personnes étrangères. 

"On essaie de leur montrer les codes de la recherche d'un emploi en France, de valoriser leurs compétences ou leurs diplômes par exemple. L'objectif c'est de mettre en place un accompagnement personnel" ajoute Laurie. 

Des critères de sélection

Pour être sélectionnés, les "invités" doivent respecter certains critères : "être seul, sans animaux, être majeur, sans problème d’addiction, ni d’hygiène et ne nécessitant pas de suivi médical spécifique, avoir un schéma vaccinal complet" détaille Solène Marsollier.

En France, 4 100 000 personnes étaient mal logées dont 300 000 personnes sans-abris en 2021 d’après le rapport annuel du mal-logement en France de la Fondation Abbé Pierre