4 jours de pic de pollution et toujours les mêmes inquiétudes à Lyon

Publié le Mis à jour le

Une alerte à la concentration du taux de particules fines dans l'air est signalée à Lyon Villeurbanne et Caluire-et-Cuire depuis trois jours, la circulation différenciée est levée mais les inquiétudes persistent.

La qualité de l'air à Lyon, Villeurbanne ainsi que Caluire-et-Cuire est qualifiée de très mauvaise depuis le 14 janvier 2021. Un pic de concentration de particules fines a poussé ces trois communes à mettre en place le dispositif de circulation différenciée levé ce lundi 17 janvier en début d'après-midi. 

Vignettes et limitation de vitesse 

Seuls les véhicules ayant une vignette Crit'Air 0, 1, 2 ou 3 étaient autorisés à circuler en centre-ville dans ces communes.

Les prévisions des jours à venir 

Selon Atmo, organisme d'analyse de la qualité de l'air ce lundi 17 janvier, l'arrivée d'une petite perturbation par l'ouest et d'un vent de sud modéré en vallée du Rhône devrait conduire à une meilleure dispersion des polluants émis dans l'atmosphère par la reprise des activités humaines. Les taux de pollution devraient diminuer mais les concentrations pourraient repartir à la hausse dès mercredi avec l'installation d'une nouvelle situation météorologique stable, froide et favorable aux inversions de températures persistantes."

 8 habitants sur 10 inquiets 

Fin 2019, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a effectué avec l’institut BVA une enquête d’opinion auprès des habitants de la région et il en ressort que "8 habitants sur 10 se disent inquiets et plus de la moitié estiment que la qualité de l’air se dégrade depuis 10 ans"

Selon le dernier rapport de santé publique France "dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, près de 4 300 décès par an sont attribuables à l'exposition à long terme aux particules fines. À quoi il faut ajouter 1 960 décès liés à une exposition au dioxyde d'azote (NO2). "Ainsi, l’exposition de la population aux particules fines (PM2,5) et au NO2 serait responsable, respectivement de 6,7 % et 3,1 % de la mortalité annuelle". 

Un article alarmant, publié en octobre 2021 et consultable ici dans son intégralité.