A Lyon, pas de vaccins pour les étudiant.e.s en soins infirmiers... pour l'instant

Inquiétude de la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers. D'après un courriel échangé avec la directrice de cabinet des Hospices civils de Lyon, le nouveau vaccin -ouvert aux professionnels de santé et étudiants- ne leur sera pas administré, faute de doses suffisantes à ce jour.

© PRESS ASSOCIATION IMAGES/MAXPPP

Jeudi 4 février, le Premier ministre a annoncé le déblocage de 1,7 million de rendez-vous pour recevoir une injection d'ici fin mars. Une évolution importante de la campagne de vaccination que l'on doit à l'arrivée en France du vaccin AstraZeneca. Le samedi, 270 000 doses de vaccins AstraZeneca ont été distribuées, en priorité aux soignants de moins de 65 ans. La première injection a eu lieu à Lyon. Le groupe suédo-britannique s’est engagé à livrer deux millions et demi de doses d’ici la fin du mois à la France, dont 465.000 premières doses la semaine prochaine, 700.000 autres la semaine suivante. 10 millions de doses doivent arriver dans l’Hexagone d’ici la fin avril. Ce vaccin peut être stocké dans des frigos ou congélateurs classiques, contrairement à ceux de Pfizer ou Moderna qui demandent respectivement une température de -70 °C et -20 °C.

Il semble toutefois qu'il y ait trop peu de doses pour pouvoir protéger tous les soignants. C'est en tout cas ce que redoute la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers, qui alerte. D'après Thomas Hostettler, secrétaire général, "Seuls les étudiants en médecine ont la possibilité de se faire vacciner. Tous les autres étudiants en santé, et particulièrement les étudiants en soins infirmiers n'ont pas accès à cette vaccination par les Hospices civils de Lyon" explique-t-il.

Les HCL manquent de doses

La Fédération nationale explique qu'elle n'est pas parvenue à contacter la Direction des HCL sur ce sujet par téléphone.  "On va de toute façon demander des explications au Ministère de la Santé. On reste attentifs pour savoir si ce problème se pose ailleurs qu'à Lyon. Ce n'est pas le cas pour l'instant."

Contacté par nos soins, le service communication des HCL a d'abord bien confirmé à notre rédaction que "les livraisons reçues ne permettent pas de vacciner immédiatement l’ensemble de la population concernée" et précise que "dans ces conditions, il a été décidé de vacciner prioritairement les professionnels de santé qui peuvent être en contact avec les patients Covid+."

Interpellée par les élus étudiants au Conseil de la faculté de médecine de Lyon Est, la direction des HCL leur a rapidement répondu par un courrier, dans lequel il est confirmé que le critère de priorité d'accès à la vaccination pour les professionnels en contact direct avec les patients : "doit englober l'ensemble des étudiants qui exercent dans les services de soins qui sont en contact à la circulation du virus, sans faire de distinction entre les professionnels salariés et les étudiants." Une réponse claire qui a rassuré ces éus qui l'ont diffusée sur les réseaux sociaux

La même règle pour tous les étudiants en santé

Les étudiants en soins infirmiers rappellent que la moitié de leur temps de formation est consacrée à des stages auprès de patients covid. "Certains sont carrément en service de réanimation covid, par exemple" précise Thomas Hostettler. Il estime à 6000 jeunes ces étudiants en contact avec des patients concernés :"Ils sont, depuis déjà 1 an, mobilisés sans cesse au front pour faire face à cette pandémie."

Concernant ces étudiants en stage, la direction des HCL se veut donc rassurante : "La même règle s’applique aux étudiants en santé qui réalisent leur stage dans les services cliniques ou dans le centre de dépistage de Gerland, et qui peuvent être en contact avec des patients Covid+"

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19