L'affichage sauvage de la Fondation Abbé Pierre à Lyon pour dire non aux mobiliers urbains anti-SDF

© F3 RA
© F3 RA

Soyons Humains : la fondation Abbé Pierre organisait ce mercredi 6 décembre, au matin, une opération d'affichage sauvage afin d'alerter les Lyonnais au sujet des aménagements urbains visant à éloigner les personnes à la rue. A la Part-Dieu, l'accès à un espace refuge a été "condamné" en novembre.

Par Aude Henry

Ils ont déboulé ce matin, mercredi 6 décembre, sur le parvis de la gare de Lyon Part-Dieu. Les bénévoles et responsables de la délagation régionale de la Fondation Abbé Pierre ont mené une opération coup de poing, d'affichage sauvage comme partout ailleurs en France, à l'endroit même où des aménagements anti-sdf ont été installés le 10 novembre dernier. Ici, l'accès à un espace couvert qui servait d'abri et de refuge à une centaine de personnes, a ainsi été condamné avec la pose de grilles métalliques.


L'idée, c'est d'alerter le grand public. Ces aménagements urbains, ces dispositifs et mobiliers anti-SDF, se multiplient. Et pour la fondation Abbé Pierre, tout cela est "indigne".
"Au lieu d’empêcher les SDF de dormir ici, offrons leur un logement décent ailleurs". Le message affiché par la Fondation Abbé Pierre est clair : "des solutions existent mais elles ne passent en aucun cas par la déshumanisation des personnes sans domicile".

Soyons Humains, le slogan vise à recueillir l'adhésion du public, mais pointe également du doigt une politique publique, pas assez forte pour faire face. Selon la directrice régionale de la Fondation Abbé Pierre, "sur les quinze derniers jours, plus de 2.000 personnes ont appelé le 115, mais n'ont pas obtenu de place en hébergement d'urgence", malgré le renforcement du dispositif hivernal.


La Fondation Abbé Pierre dit non aux dispositifs "anti-sdf" à Lyon
Une dizaine de bénévoles de la Fondation Abbé Pierre ont collé des affiches ce mercredi 6 décembre, près de la Part-Dieu, pour dénoncer les dispositifs "anti-sdf". Un exemple : la pose de grillages, qui empêchent les sans-abris de s'installer. Ce qui, selon la Fondation Abbé Pierre, ne ferait que repousser le problème. Intervenants : Pauline Portefaix, stagiaire à la Fondation Abbé Pierre - Philippe Destailleurs, bénévole à la Fondation Abbé Pierre - Véronique Gillet, directrice régionale de la Fondation Abbé Pierre - Reportage de O. Unal & F. Borius & P. Dehais


En Auvergne-Rhône-Alpes, la Fondation Abbé Pierre estime à "plus de 40.000 les demandeurs d'hébergement, mais seule 1 personne sur 3 obtiendrait une solution".






A lire aussi

Sur le même sujet

Le succès grandissant des capes de pluie Spaddeville, nées à Grenoble

Près de chez vous

Les + Lus