Ain : rencontre avec le docteur Pagnon, 74 ans, toujours en activité, et sportif de plus en plus accro

A 74 ans, le docteur Gérard Pagnon exerce toujours à Montmerle-sur-Saône (Ain). Il passe aussi des heures à soulever, courrir, tirer, bref faire du sport et des exercices intenses jusqu'aux courses extrêmes, pour "faire marcher le compteur à l'envers". Le sport, pas seulement pour la forme.

Le Docteur Pagnon, se transforme tous les soirs en Mister sportif. A 74 ans, le médecin exerce toujours dans son cabinet de Montmerle-sur-Saône (Ain), et a trouvé dans les exercices sportifs, de pointe, un nouveau moteur existentiel. Une belle leçon de vie sportive.
Le Docteur Pagnon, se transforme tous les soirs en Mister sportif. A 74 ans, le médecin exerce toujours dans son cabinet de Montmerle-sur-Saône (Ain), et a trouvé dans les exercices sportifs, de pointe, un nouveau moteur existentiel. Une belle leçon de vie sportive. © FTV
Le sport comme une philosophie : passionné de parachutisme, fondu de tatouage, le docteur Gérard Pagnon ne fait rien à moitié à Montmerle-sur-Saône (Ain), sa petite commune de 5 000 habitants.

"C'est devenu ma raison de vivre"

A côté de ses consultations habituelles, le septuagénaire bouillonnant trouve toujours le temps de chausser les baskets, 9 heures par semaine, "afin de m'entretenir pour lutter contre la vieillesse envahissante. Ça permet de débloquer toutes les vieilles articulations",  sous l'oeil de coaches admiratifs.

Il y a 4 ans et demi, il aurait dû prendre sa retraite: "Je n'avais pas pris le temps de m'occuper de moi. Je me suis dit c'est maintenant ou jamais." Le premier coach sportif qu'il a vu s'était dit qu'il ne resterait pas plus de 3 semaines. "J'ai tenu, et maintenant j'ai 5 coachs, et je ne m'arrête pas. C'est devenu ma raison de vivre."

"Il a juste envie de vivre en fait"

Il y a 5 ans, il voulait faire Koh-Lanta. "Il a juste envie de vivre en fait. Nous, notre rôle, c'est de le mettre en sécurité" précise Richard Valencin, coach sportif. "Il a déjà des problèmes articulaires, donc on va en prendre soin le plus longtemps possible."

Pour l'autre coach du docteur, Florian Odwa-Etter: "L'idée c'est de le stimuler un petit peu. Il faut le freiner de temps en temps."

"Faire marcher le compteur à l'envers"

L'un des moteurs du docteur: "Pouvoir regagner de l'autonomie, faire marcher le compteur à l'envers, faire des choses que je n'avais jamais faites avant. C'est merveilleux."
Jouir de la vie, c'est son credo. Le médecin est toujours en activité avec un planning médical très chargé, et des patients à qui il prescrit volontiers de l'exercice, avec prudence et modération mais aussi avec conviction. 
 

"Aller un petit peu dans l'inconfort"

Avant d'envoyer des hommes, âgés, faire du sport, "il faut toujours faire un bilan cardiaque, et un électrocardiogramme d'effort. Quand je dis aux gens âgés, faites quelque chose, bougez, on est toujours en train de me dire - j'ai un genou qui va pas bien, un ménisque qui merde depuis 10-20 ans, une épaule qui va pas bien - mais moi je n'ai rien qui va bien, et malgré tout je fais des choses exceptionnelles. Je ne demande pas à ce que mes patients fassent autant de moi. Mais ils peuvent aller un petit peu dans l'inconfort et vers la difficulté. Ils retrouveront du plaisir sur une vie normale."

Le médecin est également devenu un fidèle des "Spartan Race", des courses d'obstacles inspirés des parcours du combattant. Des épreuves mises en sommeil pour cause de Covid, mais le médecin-sportif ne lâche rien pour autant. "Je me prépare pour gagner des podiums quand ça va recommencer! Je ne suis pas là pour lâcher. Il faut aller au bout même si c'est difficile."
 
durée de la vidéo: 04 min 45
Ain : rencontre avec le docteur Pagnon, 74 ans, toujours en activité, et sportif de plus en plus accro

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite santé société portrait culture