• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Alerte à la pollution atmosphérique dans le bassin lyonnais

© Air Rhône-Alpes
© Air Rhône-Alpes

La préfecture du Rhône met en garde contre le dépassement du seuil d'information concernant une pollution aux particules fines vendredi 2 décembre. Le bassin lyonnais a été placé en alerte de niveau 1. 

Par Cyrielle Cabot


Le bassin lyonnais a été placé en alerte de niveau 1 concernant une pollution aux particules fines vendredi 2 décembre pour 24 heures au minimum. 

"Les critères d'activation du dispositif préfectoral d'alerte sur persistance sont réunis sur les zones du bassin lyonnais Nord Isère et de la vallée de l'Arve qui passent au niveau d'alerte 1", indique la Préfecture du Rhône.

L'Ouest Ain en niveau information


"Vendredi 2 décembre, les critères d'activation du dispositif préfectoral d'information devraient être réunis sur les zones de l'Ouest Ain, des Pays de Savoie et de la Vallée du Rhône", précise t-elle.

Cet épisode de pollution devrait se poursuivre samedi 3 décembre selon ATMO Auvergne-Rhône-Alpes prévoit la poursuite de cet épisode de pollution.

Quelles précautions prendre ?


Populations vulnérables ou sensibles :
Evitez les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe (7h-10h /17h-20h) ;
Evitez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur ;
Reportez les activités qui demandent le plus d’effort ;
En cas de gêne respiratoire ou cardiaque (par exemple : essoufflement, sifflements, palpitations) :
Prenez conseil auprès de de votre pharmacien ou de votre médecin ;
Prenez conseil auprès de de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté

Population générale :
Réduisez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) ;
En cas de gêne respiratoire ou cardiaque (par exemple : essoufflement, sifflements, palpitations),
prenez conseil auprès de de votre pharmacien ou de votre médecin.

A lire aussi

Sur le même sujet

Inquiétudes sur le fourrage dans le Cantal

Les + Lus