• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

ANALYSE. Gérard Collomb sera candidat à la Métropole de Lyon en 2020, le “bras de fer” est lancé avec David Kimelfeld

Gérard Collomb et David Kimelefeld à Lyon, le 1er avril 2019. Photo d'archive. / © A. Jacques / France 3 Rhône-Alpes
Gérard Collomb et David Kimelefeld à Lyon, le 1er avril 2019. Photo d'archive. / © A. Jacques / France 3 Rhône-Alpes

Dans une interview le maire actuel de Lyon Gérard Collomb annonce qu'il sera candidat à la Métropole de Lyon aux prochaines élections de 2020. Est-ce le début d'une guerre de tranchées avec le président actuel de la Métropole David Kimelfeld ?

Par Renaud Gardette

Dans une interview assez longue accordée à nos confrères du Progrès dimanche 14 avril, le Maire de Lyon Gérard Collomb confirme ce qui n'était qu'une rumeur jusqu'à présent : "oui je serai candidat à la Métropole. Ce qui m'intéresse, c'est de poursuivre ce que l'on a fait depuis quinze ans."

Il précise : "Lorsque l'on voit la réussite de la Métropole de Lyon, on ne peut que vouloir continuer dans ce sens. Dynamisme économique, embellissement, opérations de rénovation urbaine de grande qualité: sur ces apsects, tout le monde reconnaît que Lyon est une belle réussite. (...) Volonté de développement économique, mixité sociale, et souci environnemental: c'est cette alliance qui fait la réussite de la Métropole et c'est ce que je veux poursuivre."

Est-ce le début d'une guerre de tranchées avec son ancien bras droit David Kimelfeld ? Gérard Collomb précise: "J'ai vu beaucoup de gens, par le passé, qui n'étaient pas d'accord avec mes positions et qui, in fine, se sont retrouvées sur mes listes."

Le lancement de la campagne est prévu pour septembre. Au niveau de sa santé, à 71 ans, Gérard Collomb affirme que "pour le moment, ça semble bien aller." Ce dimanche ni Gérard Collomb ni David Kimelfeld n'étaient joignables pour réagir directement à cette annonce.


L'analyse


Pour Daniel Navrot, politologue et directeur de "Prospective Auvergne-Rhône-Alpes", cette annonce n'est pas une surprise.

"On attendait cette déclaration depuis une quinzaine de jours. On sentait bien qu'il n'y aurait pas d'abandon de la part de Gérard Collomb, et un certain nombre de messages indiquaient son intérêt pour la Métropole, au-delà de la ville de Lyon. Il n'y a pas de véritable surprise. On peut dire qu'il y a une sorte de bras-de-fer qui est en train de s'opérer entre les deux hommes. L'un comme l'autre, je pense, espérant que son rival du moment abandonnera son projet."


Le bras-de-fer commence


"Je préfère le terme de bras-de-fer aux termes de guerre de tranchées. C'est un bras-de-fer qui pourrait durer 2 mois. Je pense que les choses devraient se résoudre entre eux d'ici l'été. Je ne crois pas encore pour le moment au scénario de listes concurentes, sachant qu'on est dans des schémas complexes puisque l'on a des listes au niveau des arrondissements et des listes au niveau des sections métropolitaines. Et il y a une certaine ambiguïté dans les déclarations des deux." 


Le laboratoire lyonnais


"On est dans une situation complexe, où pour le moment, deux hommes s'affontent dans le cade d'un scrutin tout à fait nouveau et complexe, sans que l'on puisse se référer à un scrutin comparable. On n'est plus dans le modèle lyonnais, mais dans le laboratoire lyonnais pour un nouveau type d'élection avec deux élections simultanées (la ville et la Métropole)."


L'art sémantique


"Quand on regarde les déclarations des deux hommes, y compris sur l'anneau des sciences, on est dans la nuance sémantique plus que dans la nuance politique. Vous prenez les discours de David Kimelfeld, ou ceux de Gérard Collomb, grosse modo ils disent exactement la même chose. A ce niveu il y a de la sémantique plus que de la politique. Mais la sémantique fait aussi partie de la vie politique... Pour le moment, on ne connaît ni le programme de David Kimelfeld, ni le programme de Gérard Collomb. On a simplement des analyses ou des réactions de leur part sur un certain nombre de sujets. Les programmes on ne les connaît pas encore.

 

De l'amitié en politique


Le 18 mars dernier, les deux hommes présentaient des ambitions différentes sur le projet d'anneau des sciences, le périphérique de l'ouest lyonnais à terminer.
 


En octobre dernier, les deux hommes annonçaient pourtant, très officiellement un projet commun pour 2020, chacun restant à son poste actuel. A ce moment là, Gérard Collomb écartait toute discorde avec David Kimelfeld: "Quoi qu'en dise la rumeur, nous allons travailler tous ensemble de manière unie, de manière rassemblée." Il flottait alors comme un petit air de campagne; la politique réserve décidément bien des surprises.

Dans une interview accordée à France 3 le lundi 15 avril , Gérard Collomb confirme sa candidature : "Pour moi, elle me semble naturelle. C'est la continuité de l'action que je mène depuis maintenant quelques années sur Lyon (...).  Je veux faire de cette ville une ville de dynamique économique, d'équilibre social et enfin d'équilibre gouvernemental". 

Interview de Jean-Christophe Adde et de Julien Sauvadon :      
 
G. Collomb candidat à la métropole
Gérard Collomb officiellement candidat à la métropole. Pour moi, cette candidature me semble naturelle. C'est la continuité de l'éciton que je mène depuis maintenant quelques années sur Lyon (...). Je veux faire de cette ville ,une ville de dynamique économique, d'équilibre social et enfin d'équilibre gouvernemental".

Alexandre Vincendet, Maire de Rillieux -la-Pape et patron des Républicains du Rhône commente la candidature parallèle à la Métropole de Lyon de Gérard Collomb et David Kimelfeld : "Ce n'est pas la Métropole qui les intéresse, mais le siège, la place"...   




 

Sur le même sujet

G. Collomb candidat à la métropole

Les + Lus