Circulation. A Gerland, stationner gratuitement ne sera bientôt plus possible

Dans le 7ème arrondissement, les 7 000 places gratuites restantes vont progressivement devenir payantes dès 2024. Avec cette mesure, la mairie veut favoriser la rotation des véhicules et améliorer les capacités de stationnement dans le quartier, notamment pour les résidents.

Dès 2024, les 7 000 places de stationnement gratuites restantes du 7ème arrondissement de Lyon (sur les 14 000 disponibles au total) vont peu à peu devenir payantes. Les zones concernées sont le secteur 15 résident, soit toutes les rues à l'ouest de l'avenue Jean Jaurès y compris l'avenue cette dernière, ainsi que les secteurs 17 et 19, à l'est de la même avenue et au nord de l'avenue Tony Garnier et de la rue Challemel Lacour, la rue de Gerland étant également inclue. 

Un déploiement progressif sur trois périodes 

Le déploiement de cette extension du stationnement payant doit être réalisé sur trois périodes. "On va avoir une première phase au printemps 2024, qui va concerner toute la zone ouest, et pour la zone est, ce sera en deux temps. Un premier temps pour la majorité de la zone à l'automne 2024, puis un second temps en 2025", explique Vincent Monot, conseillé délégué en charge de la tranquilité publique, de la voirie et des mobilités à la mairie du 7e arrondissement. Des courriers d'information seront envoyés aux résidents plusieurs mois en amont pour les informer. 

Vignette pour les résidents et application/horodateur pour les visiteurs

"Ce sera comme partout dans Lyon, pour les résidents on aura un système de tarification et de vignette résident, et pour les visiteurs qui stationnent occasionnellement, il y aura un système d'horodateur ou d'application mobile. C'est la même pratique que dans tous les autres quartiers", continue Vincent Monot.

Dans un document, la mairie rappelle que les résidents doivent payer "un droit annuel de 40 euros (à renouveler chaque année à, et un droit résident de 20 euros par mois." Toutefois, la tarification devrait évoluer l'an prochain, au profit d'une "tarification plus sociale". "Un tarif moins cher pour la moitié de la population la moins favorisée, pour les familles nombreuses et les possesseurs de véhicules et petits véhicules", annonce Vincent Monot. 

Améliorer le stationnement et l'organisation du paysage urbain

Actuellement, seule la partie nord de l'arrondissement était soumise au stationnement payant. Avec ce redéploiement, le but est, selon la mairie, d'améliorer les capacités de stationnement dans le sud de l'arrondissement, en "favorisant la rotation des véhicules".

"On fait en sorte que ceux qui se garent ici soient vraiment des personnes qui ont un réel besoin, et non pas des gens qui laissent leur voiture pendant des jours voire des semaines sans bouger, au détriment des riverains." Autres objectifs : optimiser l'occupation de l'espace public et favoriser la végétalisation du paysage urbain, ou encore faire mieux respecter les emplacements réservés. 

Limiter l'aspect "parking relai" de Gerland

"J'ai énormément de riverains qui se plaignent de files de voitures mal garées sur les trottoirs, de voitures devant chez eux qui ne bougent jamais. Je pense que les riverains vont trouver leur compte et trouver des places pour se garer, que les commerçants vont voir des places se libérer devant leurs commerces pour celles et ceux qui ont besoin de plusieurs voitures", assure Vincent Monot.

"Aujourd'hui Gerland est souvent considéré comme un grand parking à ciel ouvert, énormément de gens viennent se garer le matin pour prendre le métro et aller travailler ailleurs dans Lyon. Pendant longtemps, Gerland était un peu un quartier périphérique, avec moins d'habitants. Aujourd'hui ce n'est plus le cas, c'est un quartier en pleine mutation, avec de nombreux habitants et des espaces publics requalifiés. On a vraiment besoin de réglementer le stationnement."