Coronavirus : l'application d'attestation de sortie du gouvernement directement inspirée par un développeur lyonnais

Pour concevoir son application, le Lab innovation du Ministère de l'intérieur s'est tout simplement basé sur le code source d'un générateur d'attestation créé il y a un mois par Johann Pardannaud, un développeur lyonnais, qui a donné son accord

Ce générateur numérique d'attestation de sortie a été créé sur la base du travail de Johann Pardannaud, développeur lyonnais, avec son accord
Ce générateur numérique d'attestation de sortie a été créé sur la base du travail de Johann Pardannaud, développeur lyonnais, avec son accord
C’est officiel depuis ce lundi 6 avril. Le Ministère de l’intérieur met à la disposition des français une version numérique de l’attestation obligatoire pour sortir – à titre dérogatoire- de son confinement.

Dans un communiqué, sur son site officiel, le Ministère en explique le principe :
Les objectifs premiers sont :
·       pour les concitoyens : fournir une nouvelle capacité de production de l’attestation simple et sûre ;
·       pour les forces de l’ordre : sécuriser le contrôle au travers d’une capacité de lecture à distance des informations figurant sur le document, par lecture d’un QR Code.

Le formulaire disponible en ligne sur le site du ministère de l’Intérieur permettra de renseigner les informations relatives à l’identité, l’adresse, le motif de la sortie, ainsi que la date et l’heure.

Un fichier PDF comprenant l’ensemble des informations et à l’image de la version papier est alors généré. Ce document comporte automatiquement un QR Code comprenant l’ensemble des données du formulaire, ainsi que la date et l’heure de génération du document.
Ce fichier doit être présenté sous forme numérique lors d’un contrôle grâce à un smartphone ou à une tablette numérique.
 
Une version numérique directement inspirée d'un générateur déjà mis en ligne par un lyonnais

Une application que les informaticiens du Ministère de l’Intérieur ont créé en… copiant le code-source d’un générateur créé au début du confinement par Johann Pardannaud, un développeur lyonnais. Il suffit simplement de comparer les deux sites pour constater leur parfaite ressemblance.
« Le gouvernement a réalisé son outil sur la base du mien, et ils ont eu la gentillesse de me prévenir » explique Johann. « Il y a quelques jours, j’ai été contacté par le responsable du Lab Innovation au ministère de l’intérieur Philippe Bron, responsable Lab Innovation chez Ministère de l'Intérieur & Chargé de mission coordination de la stratégie technique. et il m’a demandé de ne pas ébruiter ça avant la disponibilité officielle de l’application. Au départ, il a simplement récupéré mon code dans l’éventualité où le gouvernement souhaiterait en mettre un à la disposition des français. Plus récemment, il m’a finalement annoncé la sortie de « mon » générateur et m’a remercié pour mon code initial ».
Nous avons effectivement eu accès à des conversations écrites entre Philippe Bron et Johann. Elles montrent que le ministère réfléchit, depuis quelques jours, à développer ce programme. En prenant le soin de le sécuriser pour éviter les malversations.

Au moment de la mise en ligne de la version "gouvernementale" ce lundi matin, Johann Pardannaud nous a confié être "très ému". Le développeur lyonnais précise qu'il n'a pas vendu son programme à l'Etat, mais offert. "De toute façon, ils n'avaient même pas besoin de me le demander, car mon code est en "open-source" et avec une licence permissive". En revanche, il espère que les services de Christophe Castaner auront l'élégance de le citer officiellement- à terme- en tant qu'inspirateur du générateur. "Ca peut avoir une incidence professionnelle. Aujourd'hui, je suis très heureux dans ma fonction, mais je reconnais que cela me fait très plaisir -déjà- de voir mon travail reconnu."
 
Johann Pardanau
Johann Pardanau © Photo fournie par JP

Un générateur qui ne stocke pas les données

L’une des particularités du générateur créé par Johann Pardannaud, dès le départ, c’est d’avoir évité que les données concernant l’utilisateur ne soient stockées pour devenir un fichier. On sait par ailleurs  que le gouvernement réfléchit actuellement à un fast-traking des malades, s’inspirant des expériences réalisées dans d’autres pays. Il s’agirait de pouvoir suivre, sur la base du volontariat, les déplacement de toute personne infectée pour savoir qui elle a pu rencontrer, et limiter, potentiellement, la croissance de la pandémie. Une idée qui ne fait pas l’unanimité et qui, pour l’heure, n’a pas été mise en place
 https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/coronavirus-covid-19-voici-comment-telecharger-nouvelle-attestation-numerique-sortie-smartphone-tablette-1812100.html
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société innovation économie