Coronavirus Covid 19 : Les pompiers, eux aussi en première ligne à Lyon, demandent à être considérés comme les soignants

La combinaison Tyvek n'est plus de mise, les sapeurs-pompiers comme les patients ont adopté le port de masques chirurgicaux. Coronavirus - Mars 2020 / © M. Darcissac
La combinaison Tyvek n'est plus de mise, les sapeurs-pompiers comme les patients ont adopté le port de masques chirurgicaux. Coronavirus - Mars 2020 / © M. Darcissac

Ce mercredi 18 mars 2020 a eu lieu un échange entre les syndicats de sapeurs-pompiers du SDMIS et leur direction. Objectif : faciliter la prise de jours pour les personnels devant garder leurs enfants, à l'instar de ce qui se pratique pour les soignants actuellement.

Par Daniel Pajonk

Sous la tutelle du ministère de l'Intérieur, les sapeurs-pompiers ne sont pas considérés comme des soignants. Conséquence : ils ne peuvent prétendre à faire garder leurs enfants par les crêches et les écoles ouvertes à cette fin.
Ils ne disposent pas, non plus, de journées pour le faire à domicile. "Une situation que nous voulons dénoncer", explique Marc Darcissac, secrétaire adjoint de la CGT au SDMIS, le Service Départemental et Métropolitain d'Incendie et de Secours. "Le but n'est absolument pas de remettre en question ce qui est accordé aux médecins et professionnels de santé, mais de nous compter parmi ceux qui sont en première ligne face aux patients".

Car les sapeurs-pompiers professionnels, comme leurs collègues volontaires, sont sur le fil à longueur de journée. Pour les membres du CSSCT (ex-CHSCT), c'est une "aberration". "Nous ne sommes pas considérés comme personnels nécessaires. Nous n'avons pas non plus accès aux tests, ce qui risque de contaminer des collègues avec lesquels nous intervenons pour des secours."

Ce mercredi 18 mars 2020, 28 agents sont placés en quarantaine. Des pompiers "mis au repos" sur le principe de précaution précise Didier Dupir, secrétaire du syndicat SUD au SDMIS. "Tous sont décelés négatifs et sont en cours de retour opérationnel."
 

200 interventions quotidiennes dont la moitié pour le covid-19


Les sapeurs-pompiers du Rhône et de la métropole de Lyon assurent, chaque jour, environ une moyenne de 200 interventions par équipages de trois (d'après les chiffres avancés par la direction du SDMIS). La moitié est liée au nouveau coronavirus Covid-19. "Mais pour les autres, nous sommes tout de même en contact avec des patients parfois fragiles, des malades chroniques, des cancers..." Ce à quoi la direction répond : "les pompiers sont des citoyens comme les autres."

Depuis ce matin, a été reinstauré le port de masques chirurgicaux pour les pompiers et les patients, quelle que soit leur pathologie. Une procédure qui semble apporter satisfaction. Jusqu'au mois d'avril, le nombre de masques est garanti. Les combinaisons blanches Tyvek, employées jusqu'à présent, sont donc abandonnées. Le but est de protéger les patients comme les intervenants, grâce aussi au maintien d'une distance de sécurité, quand cela est possible. Dans le même esprit, des consignes ont été données pour minimiser le transport de personnes.
 

Des casernes pas toujours sur la même longueur d'onde


Selon la CGT, qui a levé son préavis de grève pour pouvoir assurer les interventions face à cette crise inédite, la gestion des personnels n'est pas la même d'une caserne à l'autre."Les discours ne sont pas les mêmes selon les chefs de centre", constate Marc Darcissac. Le système D est de mise pour permettre aux pompiers de garder leurs enfants sans perdre de facto une journée de carence.

"On pratique beaucoup d'échanges de garde à l'intérieur des casernes." Dans certains centres, des jours sont accordés aux personnels qui doivent faire face au confinement de leurs enfants. Des jours qui seront pris sur les jours de congés ou sur des changements de garde. Rarement sur le temps de travail", regrettent les pompiers.

Ces problèmes ne se posent pas uniquement dans les grandes casernes, les centres dits de premier appel.  
Dans l'ensemble de son périmètre, le SDMIS compte 6 000 sapeurs-pompiers dont 1200 professionnels.

 

Sur le même sujet

Les + Lus