Covid 19 : un horticulteur de Lyon offre des fleurs invendues au personnel hospitalier

Alors que toute la filière horticole est touchée par les restrictions liées à la lutte contre le Coronavirus, le plus important grossiste de Lyon va offrir, mardi 31 mars, des fleurs invendues aux personnels des hôpitaux lyonnais. 

Plutôt que de détruire tout son stock de fleurs invendues, un horticulteur lyonnais fait don de 1 350 fleurs, essentiellement des orchidées, aux personnels hospitaliers lyonnais.
Plutôt que de détruire tout son stock de fleurs invendues, un horticulteur lyonnais fait don de 1 350 fleurs, essentiellement des orchidées, aux personnels hospitaliers lyonnais. © F3
Les fleurs, victimes à leur tour de la lutte contre le Coronavirus. Alors que jardineries et fleuristes gardent porte close depuis 10 jours, la filière horticole voit la majeure partie de son chiffre d'affaire s'effondrer. Plutôt que de jeter des plantes fleuries, le plus important grossiste de Lyon a décidé d'en faire don aux salariés des hôpitaux lyonnais.   


 

70% du chiffre d'affaires impacté


Avec l'arrivée du printemps, c'est tout un secteur d'activité qui fleurit habituellement. Pour les horticulteurs français, le blocage complet du pays entraîne donc de lourdes conséquences : les mois de mars, avril et mai correspondent à près de 70 %  de leur chiffre d'affaire. Les jardineries étant actuellement fermées, une partie de la production horticole doit être détruite : "on garde nos productions autant que possible. Les plantes de pépinières et les plantes vertes d'intérieurs, on peut les conserver, mais toutes les plantes fleuries, et de nombreuses séries pour les potagers doivent être jetées. Ce sont des pertes considérables", explique Arnaud Simonet, directeur d'exploitation de l'entreprise LGD (Lyon Gaillot Drevon).

 

Arrêt d'activité


Le plus important grossiste en horticulture de Lyon a dû mettre en arrêt d'activité une quarantaine d'employés, pour qui des demandes de mise en chômage partiel sont en cours. Seuls 4 personnes interviennent sur place pour arroser et entretenir les plantes. En une semaine, LGD a dû détruire un stock de plusieurs milliers d'euros de plantes. "Et ce n'est que 5 à 6% de notre stock, en tout c'est une énorme source de revenus qui risque de disparaître", regrette M. Simonet. Tout dépendra de la date de reprise d'activité. "On a pris le risque de continuer à semer pour les plantes de mi-mai", explique-t-il, sans savoir si celles-ci pourront être vendues à cette période.
 


1 350 fleurs pour dire merci


Une partie du stock n'a toutefois pas été jetée. "Plutôt que de les détruire, nous avons décidé de les distribuer aux personnels hospitaliers des CHU de Lyon afin de les remercier de leur action", a décidé Denis Gaillot Drevon, le directeur de LGD. Après avoir obtenu l'accord des Hospices Civils de Lyon, le groupe va livrer ses plantes fleuries aux hôpitaux lyonnais mardi 31 mars. En tout, 1 350 plantes, d'intérieurs, principalement des orchidées, seront ainsi déposées devant les sites d'Edouard Herriot, de Saint Genis Laval, de la Croix Rousse et des hôpitaux Est. Pour respecter les consignes d'hygiène imposées, les livreurs seront équipés de masques et de gants, et les plantes seront déposées sur un emplacement particulier avant d'être récupérées par les personnels hospitaliers intéressés.

Auprès des soignants, ces fleurs auront une place toute trouvée.




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 société économie