Démantèlement d'un réseau lyonnais de braqueurs par les gendarmes dans l'Ain et le Rhône

Neuf personnes appartenant à un réseau de braqueurs de la région lyonnaise soupçonnés de diverses attaques, dont celle à la kalachnikov, en mai dernier, d'un convoi
de cigarettes, ont été interpellées mardi, a annoncé vendredi la gendarmerie nationale.
    

(Illustration) Mardi dernier, les gendarmes sont intervenus dans plusieurs lieux, dans l'Ain et le Rhône afin d'interpeller les neuf personnes mises en cause.
(Illustration) Mardi dernier, les gendarmes sont intervenus dans plusieurs lieux, dans l'Ain et le Rhône afin d'interpeller les neuf personnes mises en cause. © Franck KOBI / MAXPPP

Un dispositif imposant, composé de "près de 200 personnes", a été déployé pour procéder à l'interpellation dans l'Ain et le Rhône de ces personnes, a ajouté la gendarmerie dans un communiqué.

Le groupe est soupçonné de cambriolages en série de commerces, d'une armurerie et d'un braquage en mai 2020, en région lyonnaise d'un convoi de cigarettes. Ils avaient alors opéré, armés de kalachnikov avant d'incendier les trois véhicules du convoi. Le montant du butin n'avait pas été dévoilé.
Après ce braquage et devant une multiplication des vols au cours du premier semestre 2020, le tribunal judiciaire de Lyon avait ouvert une information judiciaire, a rappelé la gendarmerie.

C'est dans ce cadre qu'une cellule d'enquête a été mise en place sous l'égide de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI), regroupant des enquêteurs de son détachement de Sathonay- Camp ainsi que de la section de recherches de Lyon et du groupement du Rhône. Mardi dernier, les gendarmes sont intervenus dans plusieurs lieux, dans l'Ain et le Rhône afin d'interpeller les neuf personnes mises en cause.

Cette opération, a ajouté la gendarmerie, faisait suite "à l'arrestation en août dernier de deux individus appartenant à la même équipe criminelle". Lors des perquisitions, les enquêteurs ont saisi "plusieurs véhicules, des armes et du matériel d'effraction". La gendarmerie a précisé que "les éléments de preuve recueillis impliquent ces individus sur de nombreux faits".
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société